VASTE RASSEMBLEMENT
pour des
ACTIONS IMPRESCRIPTIBLES
2 rue Alexis Mossa 06000 NICE

---oOo---

*FALLAIT-IL   AIDER   LA   GRECE ?*

Préambule :

Il  est  très  difficile  d'être  vraiment  convaincu  de  la  nécessité  impérieuse  d'attribuer  cette  énorme  manne  monétaire  à  la  Grèce,  (plus de 250 milliards d'euros attribués par l'Union Européenne depuis 2010, dont plus de 20 %  pour la participation de la France).

Cela  a  coûté  très  cher  à  la  France  et  le  Gouvernement  a  eu  à  sa  disposition  une  justification  toute  trouvée  pour  lever  de  nouveaux  impôts  et  augmenter  encore  l'impôt  sur  le  revenu  malgré  les  déclarations  spectaculaires  et  répétées,  (à l’été 2012),  du  Président  de  la  République  excluant  toute  nouvelle  hausse  de  cet  impôt.

Eh  oui,  il  l'avait  promis ! ...

Depuis  la  fin  de  la  seconde  guerre  mondiale,  l'Histoire  mouvementée  de  la  Grèce  contemporaine  a  engendré  des  difficultés  de  tous  ordres :  politiques,  économiques,  administratives,  historiques  et  territoriales,  et  notamment  l'éternelle  rivalité  avec  la  Turquie  dont  l’enclave  turque  dans  la  Thrace  grecque  et  Chypre  sont  les  deux  principaux  enjeux.

Au  début  des  années  1980,  la  Grèce,  à  l’époque  de  Monsieur  Papandhréou,  éprise  de  son  art  de  vivre  et  de  ses  traditions,  était-elle  réellement  prête  à  entrer  dans  une  Europe  moderne  favorisant  l'économie  de  marché ?

Il  semble  facile  maintenant  d'en  douter;  mais  en  1981,  il  n'était  pas  aisé  de  se  rendre  compte  de  la  situation  économique  réelle  d'un  pays,  quel  qu'il  soit;  il  veillait  jalousement  sur  ses  prérogatives  même  si  le  désir  d'adhésion  à  l'Europe  était  plus  ou  moins  manifeste,  (encouragé par Monsieur Mitterrand).

Ce  qui  existe  en  Grèce  aujourd'hui  est  le  résultat  d'une  balance  économique  déficitaire  depuis  plusieurs  décennies,  depuis  son  entrée  dans  l'ère  moderne  vraisemblablement.
(Madame Mélina Mercouri le savait bien; voulait-elle ou pouvait-elle influer dans un sens plus réaliste en ce domaine ... !).

L’état  économique  et  financier  de  l’Europe :

La  même  situation  menace  la  France  à  moyen  terme,  si  ce  n'est  à  court  terme,  (peut-être, dans les cinq ans à venir).
Notre  pays  aussi  vit  au-dessus  de  ses  moyens  depuis  de  nombreuses  années;  si  demain,  la  France  encourrait  le  risque  d'une  faillite  d'Etat;  qui  l'aiderait ?

La  Grèce !…  Ou  bien,  l'Italie,  l'Espagne,  le  Portugal !…

Tous  les  pays  européens,  notamment  les  pays  nordiques,  (la Suède, entre autres),  également  très  soucieux  de  leur  position  économique  actuelle,  sont  menacés  d'une  situation  analogue.

Même  l'Allemagne  n'est  pas  à  l'abri  d'un  revirement  économique;  et,  si  elle  n’en  laisse  rien  paraître,  elle  est  cependant  toujours  "sur  la  brèche"  depuis  sa  réunification,  qui  est  quand  même  une  bonne  chose  au  plan  mondial.

Cette  réunification  lui  a  coûté  beaucoup,  énormément;  mais  paradoxalement,  cette  absorption  lui  indiquait  la  marche  à  suivre  et  elle  s'est  débrouillée  toute  seule  en  appliquant  des  mesures  autoritaires  acceptées  ou  plutôt  supportées  par  la  population  qui  semble  plus  responsable;  ni  la  France,  ni  aucun  autre  pays  européen  ne  s'est  mêlé  de  sa  situation.
L’Allemagne,  qui,  pour  certains  Politiques  paraît  être  le  modèle  européen  à  suivre,  était  pratiquement  rayée  de  la  liste  des  pays  du  Monde,  au  sortir  de  la  guerre  39 / 45  et  n’a  survécu  que  par  le  "plan  Marshall"  en  ce  qui  concerne  la  République  Fédérale  d’Allemagne,  (R.F.A.),  et  aux  généreux  subsides  intéressés  de  l’U.R.S.S.  pour  ce  qui  est  de  la  République  Démocratique  d’Allemagne,  (R.D.A.).

Depuis  2013,  l’Allemagne  a  dû  faire  face  à  certains  problèmes  économiques  dont  le  salaire  minimum  horaire et  l’indemnisation  du  chômage  n’étaient  pas  le  moindre :  le  chômeur  était  indemnisé  à  hauteur  de  1 €.  de  l’heure  que  s’il  travaillait  selon  les  directives  qui  lui  étaient  transmises.
Il  était  évident  que  ce  système  ne  pouvait  plus  durer  très  longtemps  et  des  mouvements  sociaux  sont  apparus,  aboutissant  à  un  ...  "smic  allemand"  effectif  au  1° janvier 2015.

Par  ailleurs,  des  voix  s’élèvent  déjà  pour  contester  vigoureusement  la  transition  énergétique  qui  sacrifie  le  nucléaire  au  profit  du  charbon,  lequel  n’est  pas  inépuisable  ni  exempt  d’incidences  sur  la  santé ... et  surtout  la  pollution engendrée : 1 tonne  de  charbon  extraite  produit  près  d'une  tonne  de  CO2  d'après  certaines  études  fiables.

Ce  n’est  pas  pour  rien  que  Madame  Merkel  mène  une  politique  économique  prudente  à  défaut  d’être  véritablement  de  rigueur;  c'est  l'une  des  raisons  qui  explique  son  refus  de  s'engager  militairement  ou  financièrement dans  la  lutte  contre  l'islam  radical,  que  ce  soit  au  Moyen-Orient  ou  en  Europe  de  l' Est.
Cependant,  pressée  par  les  technocrates  de  Bruxelles,  sa  récente  acceptation  d'accueil  d'immigrants  en  masse  risque  de  lui  causer  d'importants  problèmes  économiques  et  sociaux  dans  les  mois  à  venir.
Loin  de  participer  à  l'essor  du  pays  par  le  biais  d'une  main-d'oeuvre  à  bon  marché,  les  migrants  vont  lui  coûter  beaucoup  plus  cher  en  terme  d'assistanat  social,  (comme en France).
Elle  y  joue  son  avenir  politique . 

Tous  les  pays  européens  ont  des  difficultés  économiques  et  il  n'est  guère  envisageable  pour  la  France  et  l’Europe  de  compter  sur  le  Royaume  Uni,  alors…

Apparemment,  la  Grèce  a  pris  des  mesures  draconiennes  pour  essayer  de  diminuer  progressivement  son  endettement,  (180 % de son PIB).

Depuis  elle  subissait  le  mécontentement,  voire  la  colère  de  son  peuple,  (des évènements encore récents le prouvent),  mais  les  résultats  s'étant  avérés  quelque  peu  positifs,  cette  irritation  se  calmait  graduellement.
Arguant  des  efforts  importants  réellement  appliqués  au  sujet  de  la  réduction  de  son  déficit,  la  Grèce  a  demandé  à  l’Europe,  début  septembre  2013,  une  nouvelle  aide  monétaire  lui  attribuant  10  milliards  dès  le  début  2014  et  demandait  encore,  il  y  a  quelques  mois,  une  autre  aide  d'un  même  montant  au  titre  de  2015.  

Quelle  solution  :

Il  est  évident  qu'il  fallait  aider  la  Grèce,  (nation  pacifiste),  mais,  peut-être,  sans  lui  apporter  autant  d'argent,  alourdissant  son  passif .

Il  était  certainement  possible  de  lui  accorder  des  délais  supplémentaires  et/ou  de  lui  octroyer  des  accords  commerciaux  et/ou  industriels  privilégiés.

Sans  doute  était-il  possible  de  la  sortir  provisoirement  de  l'Union  européenne  afin  qu'elle  s'occupe  de  ses  affaires  efficacement,  l'esprit  libre  de  toute  contrainte  européenne.

C'était  devenu  d'actualité  et  de  nouvelles  manifestations  se  sont  déroulées  depuis  décembre 2014;  des  Politiques  grecs  d'opposition,  outre  le  fait  qu'ils  sont  arrivés  en  tête  dans  les  élections  législatives  du  25 janvier 2015,  ont  réclamé  avec  force  leur  sortie  de  l' Europe  et  refusé  à  l'automne  2015  le  remboursement  de  leur  dette.

D'autres  possibilités  pouvaient  éventuellement  lui  être  offertes,  telle  une  assistance  technique  désintéressée  par  exemple.
L'Europe  a  d'abord  maintenu  sa  position  de  fermeté  vis-àvis  de  la  Grèce,  puis  a  "laissé  courir"  les  évènements  dans  un  position  d'attente  et,  pour  finir,  va  subir,  (et la France avec),  le  passif  financier  et  politique  de  ce  pays.

Le V.R.A.I., encore  une  fois,  avait  bien  analysé  la  situation  et  déjà  proposé  en  2013  ce  que  la  Grèce  réclame  aujourd'hui.

Un  proverbe  asiatique  énonce  que :  "Si  tu  donnes  un  poisson  à  un  homme,  il  mangera  un  jour;  si  tu  lui  apprends  à  pêcher,  il  mangera  toujours."

C'est  dans  ce  sens  qu'il  eût  été  judicieux  d'apporter  l'aide  à  la  Grèce .

Un  danger  permanent:

Il  existe  un  point  dont  personne  n'a  parlé;  il  s'agit  de  l'enclave  turque  dans  l'Europe  continentale,  jouxtant  la  Bulgarie  et  la  Thrace  grecque.

C'est  une  "grosse  épine  dans  le  pied"  de  l’Europe  et  l'une  des  raisons  importantes  de  l'endettement  de  la  Grèce.

En  effet,  hormis  Istamboul  qui  s'étend  sur  les  deux  rives  du  Bosphore,  la  Turquie ne  s'occupe  que  politiquement  de  ce  petit  territoire  qui  est  une  porte  largement  ouverte  à  l'immigration  clandestine  et  au  trafic  de  drogue  et  d'armes  en  Europe  occidentale.
Il  ne  faut  pas  oublier  que  la  Turquie  est  partie  intégrante  du  "Croissant  d'or",  troisième  producteur  mondial  de  drogue  derrière  le  "Triangle  d'or"  asiatique  et  l’ensemble  des  différents  cartels  d'Amérique  latine.
La  Turquie  abrite  des  organisations  actives  de  plusieurs  réseaux  terroristes  islamistes,  (Al Qaïda,  AQMI  et   différents  groupes,  le  Jihad,  les Talibans,  entre  autres).
Ces  islamistes  purs  et  durs  essaiment  ensuite  en  Europe  occidentale  et  "noyautent"  les  pays,  dont  la  France  et  la  Belgique,  qui  "laissent  faire"  pour  l’ instant.

Autre  menace:

Outre  ces  terroristes  endoctrinés,  beaucoup  de  ressortissants  turcs  ou  du  Moyen  Orient,  candidats  à  l’immigration,  passent  également  par  la  Bulgarie,  où  la  Police  ne  semble  guère  plus  efficace  qu’en  Grèce,  car  ces  pays  savent  qu’il  ne  s’agit  que  d’un  passage  provisoire.
Cependant,  lorsque  ces  immigrés  passent  par  la  Thrace;  ils  se  retrouvent  ainsi  à  la  charge  presque  exclusive  de  la  Grèce  sur  les  plans  humanitaire,  sanitaire  et  social  notamment.

Cet  assistanat,  qui  lui  est  imposé,  est  aussi  l'une  des  raisons  du  déficit  économique  de  la  Grèce.

Ce  passage  préférentiel  par  la  Thrace  est  ancré  dans  l' esprit  des  Turcs  car  il  tient  compte  également  de  la  conquête  de  cette  région  et  de  l'occupation  Ottomane  remontant  au  XV°  siècle  et  la  Turquie  aimerait  bien  reconquérir  ces  anciens  territoires;  c’est  la  raison  principale  de  sa  demande  d’ adhésion  à  l’Europe  et  cette  immigration  de  masse  en  est  l’un  des  outils.
La  Turquie,  très  islamisée,  se  conduit  hypocritement  vis-à-vis  de  l’Europe  et  de  la  France;  elle  ne  veut  en  faire  partie  que  pour  profiter  pleinement  de  ses  subsides  économiques  et  financières  sans  jamais  rien  apporter  d'utile  à  la  Communauté.

Et  demain:

Très  bientôt,  il  sera  expressément  nécessaire  de  se  montrer  particulièrement  vigilant  quant  à  l' arrivée  sur  le  territoire  européen  continental  de  cette  invasion  turque  et  moyen-orientale  qu'il  faut  craindre  et  qui  ne  peut  que  s'accentuer  par  la  construction  du  tunnel  ferroviaire  et  routier  sous  le  Bosphore  commencé  en  2013.

On  le  constate  aisément,  la  Grèce  et  l'Europe  ne  sont  pas  au  bout  de  leurs  peines.

IL   EST   TEMPS   DE   PARLER   V.R.A.I.

---oOo---