VASTE RASSEMBLEMENT
pour des
ACTIONS IMPRESCRIPTIBLES
2 rue Alexis Mossa 06000 NICE
---oOo---
http://www.levrai.net

* SORTIR   DE   L' EUROPE ! *

Cette  Union  Européenne  a  été  la  plus  grande  erreur  de  la  présidence  de  Jacques  Chirac  qui  n'aurait  jamais  dû  céder  au  lobby  bancaire  et  aux  Etats-Unis  en  organisant  ce  référendum  du  29  mai  2005  que  les  Français  ont  rejeté  à  55 %  mais  qui,  par  d'adroites  manipulations  administratives,  économiques  et  médiatiques,  a  été  adopté.

Même  si  des  circonstances  imprévisibles  ont  influé  négativement  son  fonctionnement,  cette  Europe  n'a  jamais  concrétisé  les  avantages  promis;  en  conséquence,  des  Français  de  plus  en  plus  nombreux,  mais  aussi  des  élus  d’autres  pays,  Autriche,  Grèce,  par  exemple,  le  Royaume  Uni  veut  un  référendum  sur  le  sujet,  tous  posent  ouvertement  la  question   :

 « Faut-il  sortir  de  l’Europe ? »

Le  sujet  fait  polémique  mais  revient  avec  plus  d’insistance  tant  le  Peuple  français  constate  avec  une  grande  inquiétude,  (si ce n’est plus),  la  dégradation  continue  de  son  niveau  de  vie  depuis  40  ans  et  son  aggravation  extrême  depuis  2012.

Les  tenants  du  statut-quo,  principalement  ceux  qui  veulent  garder  leurs  privilèges  et  ceux  qui  espèrent  en  obtenir,  prédisent  des  supposées  catastrophes,  économiques  entre  autres,  pour  la  France  et  les  Français  en  cas  de  sortie  de  l’Europe.

Le  véritable  problème  n’est  pas  tant  la  sortie  de  l’Europe  mais  plutôt  l’abandon  de  l’Euro.

Il  est  évident  que  le  retour  au  franc  engendrerait  des  problèmes  économiques  tels  une  réimpression  de  billets  de  banque  libellés  en  franc,  une  dévaluation  importante  créant  une  réadaptation  de  tous  les  contrats  internationaux  économiques,  sociaux,  commerciaux,  etc …
Le  retour  au  franc  aurait  pour  effet  immédiat,  mais  s’échelonnant  sur  plusieurs  années,  de  livrer  la  France  à  la  gloutonnerie  des  autres  banques  centrales  mais  aussi  des  banques  privées  qui  voudraient  imposer  arbitrairement  une  parité  tellement  basse  par  rapport  aux  autres  monnaies  que  la  France  ne  pourrait  que  subir  le  chantage  des  puissances  financières  régissant  le  reste  du  Monde  la  faisant  régresser  économiquement  d’une  manière  très  importante.  

C'est  un  bref  aperçu  des  conséquences  si  la  France  décidait  l'abandon  de  l’Euro.

Mais  il  s'agit  là  d'épouvantails  destinés  à  alarmer  la  population  qui  n'est  guère  au  fait  des  mécanismes  économiques  d'un  Etat.

La  souveraineté  nationale  retrouvée  permettrait  à  la  Banque  de  France  de  faire  face  à  tous  ces  problèmes  car  la  "planche  à  billets"  existe  toujours,  (contrairement à d'autres pays).
La  France  possède  actuellement  une  énorme  réserve  pour  honorer  tous  les  contrats  internationaux  par  le  système  pré-euro,  (euro/dollar, euro/franc suisse, euro/yen, etc ...). 
Si  la  France  quittait  l'Europe,  il  est  évident  qu'il  faudrait  alors  exercer  un  strict  contrôle  des  changes  pour  éviter  la  fuite  des  capitaux  et  prévoir  une  redénomination  de  la  dette  publique.

Par  ailleurs,  il  est  certains  que  d'âpres  négociations  se  dérouleront  concernant  la  parité  à  décider  pour  la  nouvelle  monnaie  française.
Il  semble,  d'après  plusieurs  experts  économistes  de  renommée  mondiale,  qu'une  bonne  base  de  discussion  situerait  la  valeur  du  ... nouveau  franc  à  30 %  environ  au  dessous  de  la  valeur  actuelle  de  l'euro.
Ce  n'est  pas  si  simple;  ce  nouveau  franc  à  4,50  environ  serait  égal  ou  supérieur  notamment  à  l'ancien  mark  allemand  et  à  l'actuel  franc  suisse;  et  c'est  reparti  pour  une  bonne  période  de  discussions  d'épiciers.  

L'une  des  difficultés  est  représentée  par  la  double  caisse,  la  double  comptabilité  que  devra  mettre  en  place  le  commerce  pendant  la  durée  d'assimilation  du ... "nouveau  franc",  environ  deux  ans.

Mais  le  problème  majeur,  comme  c'est  souvent  le  cas,  viendrait  de  la  population  elle-même.

Lorsque  l'on  sait  le  temps  qu'il  a  fallu  en  1960  pour  que  les  Français  s'adaptent  d'abord  aux  nouveaux  francs  et,  40  ans  plus  tard,  à  l'euro;  lequel  n'est  toujours  pas  parfaitement  assimilé  d'ailleurs,  notamment  par  les  personnes  âgées.

Qu'en  sera-t-il  alors  du  retour  au  franc ?

Le  Français  étant  sentimentalement  plus  attaché  au  franc  qu'à  l'euro,  cette  assimilation  et  la  pratique  pourraient  se  dérouler  dans  de  meilleures  conditions  que  par  le  passé.

L'une  des  solutions  possibles,  et  sans  doute  la  seule  qui  soit  rapidement  mise  en  place,  nettement  moins  onéreuse  et  relativement  plus  facilement  agréée  par  la  population ,  consiste  à  "tamponner"  les  euros  d'une  double  valeur  faciale,  euro/franc  selon  la  parité  retenue  ainsi  que  cela  s'est  pratiqué  à  l'époque  du  changement  du  franc  ancien  et  nouveau.

Au  vu  de  ce  qui  précède,  il  est  aisé  de  s'apercevoir  que  la  sortie  de  l'Europe  et  l'abandon  de  l'Euro  ne  posent  problème  que  pour  une  certaine  caste  de  privilégiés  craignant  de  perdre  avantages,  confort,  tranquillité,  statut  personnel,  etc ...

Une  fois  ce  constat  établi,  se  pose  la  véritable  question :

 « Peut-on  quitter  l’Europe ? »

Sur  ce  sujet,  les  textes  de  l’Union  Européenne  stipulent  que :

Art. 50 :  « Tout  Etat  membre  peut  décider,  conformément  à  ces  règles  constitutionnelles,  de  se  retirer  de  l’Union. »

Aucune  condition  économique,  de  motivation,  de  durée  de  retrait  ou  d’utilisation  de  l’Euro  n’est  précisée  dans  cet  article.

Un  texte  complémentaire  vient  cependant  contrarier  la  limpidité  de  cette  rédaction.

Le  pays  souhaitant  quitter  l’Europe  doit  présenter  un  protocole  d’accord  au  Conseil  européen  qui  fixe  les  modalités  de  ce  retrait  qui  ne  devient  effectif  qu'après  accord  du  Parlement  européen.
Il  est  facile  d’imaginer  les  nombreuses  barrières  administratives,  et  sans  doute  économiques  et  financières,  qui  pourraient  être  imposées  au  demandeur  du  retrait.

Par  ailleurs  et  bien  que  ce  ne  soit  pas  une  mesure  généralisée,  notamment  pour  les  pays  et  territoires  d’outre-mer,  le  retrait  de  l’Europe  entraînerait  ipso-facto  l’abandon  de  l’Euro  mais  apparemment  des  dérogations  pourraient  être  accordées.
Enfin,  la  date  d’entrée  en  vigueur  de  l’accord  devient  immédiatement  applicable  mais  le  délai  de  mise  en  application  peut  être  étendu  à  deux  ans.

Il  ressort  de  ce  résumé  qu’il  s’agit  bien  de  politique  politicienne  servant  à  valoriser  l’Institution  et  leurs  serviteurs,  (les Parlementaires européens),  et  surtout  le  système  bancaire,  au  détriment  de  l’intérêt  des  nations  et  de  leurs  populations.

Depuis  1973,  (loi 73.7 du 3 janvier 1973),  Monsieur  Giscard  d’Estaing  ayant  cédé  aux  desideratas  des  grands  groupes  financiers,  la  France  a  commencé  alors  à  perdre  sa  souveraineté  et  depuis  n’est  plus  maître  de  son  destin.
Cette  perte  s’est  élargie,  au  fil  des  années  et  des  différentes  présidences,  dans  tous  les  domaines  qui  fondaient  une  nation  forte :  économie  et  finances,  démantèlement  des  services  publics,  armée  et  défense  nationale,  etc …

D’importantes  personnalités  avaient  averti  les  Ediles  nationaux  de  ce  déclin  prévisible :

Vincent Brousseau, ex-économiste à la Banque centrale européenne, responsable national de l’UPR en charge de l’euro et des questions monétaires. « Quinze ans à la BCE à Francfort m’ont fait découvrir l’effrayante impasse de la construction européenne ».
Conférence enregistrée à Avignon le 21 mai 2014.

Seuls  51 %  des  Français  soutiennent  encore  l'appartenance  de  la  France  à  l'Union   européenne,  contre  67 %  il  y  a  dix  ans,  selon  un  sondage  CSA  de  2014.
Il  est  fort  possible  que  depuis  deux  ans  la  barre  des  50 %  de  mécontents  ait  été  dépassée.

L’idée  d’une  Europe  fraternelle  est  née  en  1950,  (MMs. Monet et Schuman),  et  a  évoluée  par  paliers,  promettant  un  avenir  radieux  pour  tout  le  monde.

Quelles  étaient  ces  promesses ?

 L’UE finance des projets en France,
L’UE a encore des marges de manœuvre économique,
L’UE protège des marchés concurrents du reste du monde,
L’euro nous amène plus de croissance,
L’euro nous protège du chômage,
L’euro amène une gestion saine des finances publiques,
Conséquences de la sortie de l’euro,
Les grands bénéfices attendus du TAFTA,
Le TAFTA est une chance pour notre agriculture et notre industrie,
Le TAFTA ne remettra pas en cause la puissance étatique et les services publics,
Le libre-échange apporte une prospérité mutuelle,
La mondialisation heureuse.

Qu’en  est-il  aujourd’hui  de  tout  cela ?

Rien  ou  presque  de  ce  programme  théorique  n'a  été  réalisé.
Pire,  c'est  très  souvent  le  contraire  qui  s'est  produit.

L'UE  n'a  jamais  financé  des  projets  français  et  a  consenti  à  financer,  en  partie  seulement,  les  projets  déjà  budgétisés  qui  deviendraient  bénéficiaires  à  l'ensemble  des  pays  européens  sans  tenir  compte  des  déséquilibres  existants  entre  les  pays  membres.
L'UE  n' a  de  marges  de  manoeuvres  économiques  que  par  l'augmentation  constante  de  la  quote-part  versée  par  les  Etats  membres  les  plus  riches.
La  marge  économique  est  beaucoup  plus  importante  chez  chacun  des  pays  membres  les  plus  riches.
L'UE  n'a  joué  aucun  rôle  dans  la  protection  des  marchés;  au  contraire,  c'est  Bruxelles  qui  a  ouvert  l'accessibilité  européenne  aux  marchés  mondiaux,  (viande du Brésil ou de Nouvelle Zélande par exemple).
L'UE  n'a  jamais  amené  de  croissance  aux  pays  membres  malgré  une  mutualisation  des  productions,  (politique agricole commune par exemple),  mais  qu'en  est-il  aujourd'hui  du  Feder ?  (Fonds Européens de Développement Economique Régional).
L'UE  n'a  pas  protégé  du  chomage  mais  l'a  aggravé  par  l'entrée  de  travailleurs  étrangers  qu"il  fallait  embaucher  malgré  une  qualification  professionnelle  moindre.
L'UE  n'a  pas  assaini  les  finances  publiques  des  Etats  membres  mais  les  a  alourdis  par  des  taxes  diverses  pesant  gravement  sur  les  économies  nationales.
Le  TAFTA, (Traité de libre échange avec les Etats-Unis),  est  toujours  en  cours  de  négociation  mais  n'apportera  de  véritables  bénéfices  en  réalité  qu'aux  Etats-Unis.
Il  faut  rappeler  que  la  France  a  accordé  son  droit  de  ratifier  les  traités  à  la  Commission  Européenne,  perdant  ainsi  sa  souveraineté  également  dans  ce  domaine :  " Les  traités  que  la  France  négocie  seront  ratifiés  par  une  loi ... " .

Le TAFTA  ne  remettra  pas  en  cause  la  puissance  étatique,  est  une  chance  pour  l'agriculture, et  l'industrie,  apporte  une  prospérité  mutuelle,  etc ...

Chaque  Français  peut  constater  chaque  jour,  notamment  dans  son  portefeuille,  tous  les ... bienfaits  de  l' Europe.

Mais  quelle  est  cette  Europe ?

UNE   EUROPE   REELLE   EN   DEVENIR

ELECTIONS   EUROPEENNES  -  25   MAI   2014

Quelle  unanimité  ! ! !

Pour  la  première  fois,  tous  les  politiques,  tous  les  journalistes  et  autres  chroniqueurs  de  pacotille,  tous  les  gens  de  Gauche  plus  ou  moins  irresponsables  ou  irréfléchis  ou  pire,  ont  enfin  réussi  à  se  mettre  d’accord  pour  reconnaître,  du  bout  des  lèvres,  la  victoire  du  Front  national  à  ces  élections.
Dès  le  lundi  26  mai,  toutes  ces  personnes, " politiquement-correctes et  bien-pensantes ",  font  preuve  d’un  bel  ensemble  pour  continuer  à  critiquer,  voire  insulter  un  quart  de  la  population  française.

" C’est  un  séisme …(M. Valls  et  L. Chatel),  C’est  une  humiliation …(J.F. Copé),  Une  gravité  extrême …(J. Dray),    Je  suis  atterré …(T. Mandon),  Les  Eurodéputés  Frontistes  ne  serviront  à  rien …(J.M. Le Guen),  Un  deuil  pour  la  France ...(J. Daniel),  etc …"

Et  cela  a  continué  le  mardi  27  et  le  mercredi  28 …

Tous  ces  présentateurs  télé,  très  bien  payés,  trop  bien  payés,  affichent  la  plus  profonde  haine  à  peine  dissimulée  à  l’encontre  de  Marine  Le Pen  et  jouent  volontiers  les  prédicateurs  en  prévoyant  son  échec.
S’ils  sont  si  sûrs  de  cela,  pourquoi  en  parlent-ils  autant ?

Ils  ignorent  superbement  le  vote  démocratique  de  dimanche  dernier  en  minimisant  la  portée  de  la  volonté  grandissante  d’une  partie  de  la  population  française  refusant  expressément  l'oligarchie  actuelle  des  gens  en  place.
Les  ministres  en  fonction  et  les  parlementaires  de  Gauche  s’efforcent,  avec  l’aide  des  médias,  de  manipuler  et  diriger  l’opinion  des  Françaises  et  des  Français  qui,  ayant  réfléchi,  rejoignent  certainement  provisoirement  le  Front  national.

Cependant,  le  V.R.A.I.  arrive  à  point  nommé  pour  accueillir  cette  population  lassée,  (pour  ne  pas  dire  plus),  des  turpitudes  et  méfaits  commis  par  des  personnes  sensées  œuvrer  pour  le  bien  de  la  France.
En  réalité,  ce  n’est  pas  le  souci  premier  de  nos  dirigeants  actuels.

Le  V.R.A.I., avec  l’aide  de  ces  Françaises  et  Français,  va  offrir  à  la  France  une  autre  politique  économique,  sociale  et  administrative  telle  qu’elle  est  souhaitée  désormais  par  une  grande  majorité  de  la  population  française.

En  fait,  il  ne  fallait  pas  trop  s’étonner  de  la  gestion  calamiteuse  de  la  France  depuis  Mai  2012.

François  Hollande,  Ségolène  Royal  et  d’autres  politiciens  en  fonction  sont  issus  de  l’E.N.A., (Ecole  Nationale d’Administration),  promotion  Voltaire.
Mais  Voltaire,  philosophe  et  écrivain  contestataire,  ne  privilégiait-il  pas  surtout  ses  propres  intérêts …

Tiens,  donc !  Voilà  un  parrainage  tout-à-fait  approprié …

N‘est-ce  pas  Voltaire  qui  disait :

" Il  importe  que  le  peuple  soit  guidé,  non  qu’il  soit  instruit … "

Le  problème  est  que  François  Hollande  ne  sait  même  pas  ce  que  guider  veut  dire …

C’est  également  Voltaire  qui  s’acharnait  à  démolir  les  convictions  religieuses  des  Français ;  sur  ce  point,  François  Hollande  et  sa  clique  continuent  ce  travail  de  sape  en  imposant  l’islamisation  de  la  France.

Le  V.R.A.I.,  quant  à  lui,  préfère  acquérir,  avec  les  résultats  des  élections  municipales  et  celui  des  élections  européennes,  la  conviction  que :

"… le  peuple  français  reparaît … ";  ainsi  que  le  disait  en  1943  le  Général  De Gaulle  qui  poursuivait :
" … Les  bonnes  gens  qui  se  figurent,  qu’après  tant [...]  d’humiliations  subies,  notre  pays  acceptera [...] de  conserver  le  système [...]  feront  bien  de  dépouiller  leurs  illusions;  la  France  a  d’avance  choisi  un  chemin  nouveau …"

Et  l' Europe  sera  placée  sur  une  nouvelle  dynamique ...  

Depuis  près  d'un  demi-siècle,  les  "Politiques"  de  tout  bord  ont  annoncé  que  tout  devait  aller  beaucoup  mieux  après  chacune  des  élections  qui  se  sont  déroulées.

Or,  rien  n'a  jamais  changé;  le  simple  particulier  est  toujours  autant  écrasé,  par  la  "machine  étatique"  notamment,  mais  pas  seulement;  environ  deux  millions  de  personnes  profitent  outrageusement  des  soixante  autres  millions  de  Français  sans  aucun  autre  motif  que  le  laxisme  gouvernemental  qui  a  permis  à  ces  gens  de  s'attribuer  pouvoirs,  fonctions,  richesse  et  autoritarisme  que  seule  l'impunité  a  érigé  en  pratique  imposée.
Pour  preuve,  les  milliards  d'euros  avalés  par  les  constructeurs  automobiles,  les  banques,  le  scandale  des  stock-options  et  des  retraites-chapeau,  etc…,  sans  que  "Monsieur  Tout  le  monde"  en  retire  quelque  bénéfice.

Est-ce  qu'un  employé   bénéficie   de   stock-options   et   de   primes   de   départ   pharamineuses   ou   de   retraite-chapeau ?
Pourtant,  c'est  un  salarié  comme  le  sont  ces  grands  dirigeants  d'entreprise  ainsi  qu'ils  aiment  se  nommer  eux-mêmes…

Beaucoup  de  gens  pensent  et  n'osent,  (peu importe les raisons),  exprimer  ce  qu’ils  ressentent  vraiment;  le  "politiquement  correct"  imposé  par  les  médias  et  les  beaux  parleurs  de  la  Télévision  les  en  empêche  en  leur  faisant  endurer  une  sorte  de  culpabilisation.

L'EUROPE : UNE   BELLE   IDEE

Il  convient  de  saluer  le  travail  de  Monsieur  J. Monnet  qui  en  a  été  l'artisan, (aidé en cela par les Etats-Unis),  et  de  Monsieur  R. Schuman, (qui en a instauré l'application),  et  des  autres  créateurs  de  la  C.E.C.A.,  (Communauté  Européenne  du  Charbon  et  de  l'Acier),  pour  une  vision  futuriste  d'une  Europe  qui,  déjà  au  début  des  années  cinquante,  devait  être  prête  à  s'intégrer  de  la  meilleure  façon  possible  dans  une  mondialisation  qui  tôt  ou  tard  devait  arriver.  

Auparavant,  il  avait  été  créé  les  Nations  Unis  qui  reflétait  déjà  cette  prise  de  conscience  d'une  possible  mondialisation  en  devenir.

Un  demi-siècle  plus  tard,  l'Europe  est  là;  mais  faisant  fi  de  certaines  études  et  réflexions,  celle-ci  n'est  vraisemblablement  pas  ce  que  les  peuples  concernés  auraient  voulu  qu'elle  soit.

Trop  d'intérêts  particuliers,  trop  de  conflits  partisans  ou  corporatistes,  trop  de  tergiversations,  voire  des  gesticulations  politiques,  syndicalistes  ou  autres  ont  sacrifié  cette  belle  idée  d'une  Europe  vivante,  humaine,  unie,  pacifique,  sociale,  pour  aboutir  à  un  ersatz  d'Europe  bancale,  à  la  fois  dédaigneuse  et  dédaignée,  qui  cherche  à  faire  plaisir  à  tout  le  monde  et  pour  finir  mécontente   même  ceux  qui  croyaient  en  elle.

Quel  dommage  et  quel  gâchis !

Une  Europe  forte,  fière,  respectueuse  et  respectée,  qui  désire  jouer  pleinement  son  rôle  d'équilibre  mondial  se  devrait  d'entreprendre  une  éventuelle  réflexion  sur  ce  qui  suit.

Il  n'est  pas  trop  tard…

Mais  qu’est-ce  que  cette  Europe  qui  ne  paraît  pas  en  être  une.

UNE   EUROPE   EUROPEENNE

Il  semble  pour  le  moins  prématuré  de  songer  à  imposer  une  Europe  moderne  car  nos  gouvernants  actuels,  de  quelque  bord  qu'ils  soient,  se  sont  montrés  à  la  fois  intéressés  pour  leur  propre  compte  et  incompétents  pour  protéger  plus  de  60  millions  de  Français.

*  Alors,  comment  demain  ces  mêmes  gouvernants  pourront-ils  gérer  250,  300  ou  350  millions  d'individus ?

L'Europe  doit  être...  EUROPEENNE;  normalement  tout  le  monde  devrait  être  d' accord  sur  ce  point.

Cela  veut  dire  Non  à  la  Turquie.

DEFINITIVEMENT  NON  A  L'ADHESION  DE  LA  TURQUIE  EN  EUROPE.

Ce  refus  se  justifie  par  les  raisons  évoquées  ci-après :

Géologiquement  et  Géographiquement :

La  Turquie  appartient  à  la  plaque  tectonique  asiatique  et  non  à  la  petite  plaque  européenne,  (impossible  apparemment de découper les plaques tectoniques; rassurez-vous : il s'agit seulement d'une note d'humour) ;  mais,  et  tout  le  monde  le  sait,  les  plaques  tectoniques  bougent  et  la  plaque  asiatique  se  sépare  des  plaques  africaine  et  européenne.

La  Turquie  est  partie  intégrante  du  proche  orient,  c'est  une  nation  arabe  et  islamique.

Elle  n'est  pas  de  tradition  et  de  culture  latine  et  chrétienne.

Historiquement  et  Politiquement :

La  Turquie  n'a  aucune  attache  historique  ou  politique  avec  l'Europe.

Pire !  Elle  s'est  constamment  opposée  aux  pays  européens,  (France,  Angleterre,  Italie,  entre  autres).
Lors  de  tous  les  conflits,  (même  non  armés),  du  20 °  siècle,  où  qu'ils  se  soient  passés  dans  le  Monde,  (notamment  les  deux  guerres  mondiales),  ou  à  l'occasion  de  certains  différents  politiques,  et  sans  s'intéresser  à  la  cause  elle-même,  la  Turquie,  en  prenant  principalement  pour  excuse  la  religion,  a  publiquement  pris  position  contre  le(s)  pays  européen(s)  concerné(s).
Etant  donné  qu’elle  abrite  des  organisations  terroristes,  la  Turquie  a  refusé  sur  son  territoire,  le  stationnement  de  militaires  européens,  et / ou  américains,  forces  destinées  à  lutter  contre  le  terrorisme  en  Afghanistan  et  en  Irak.
Cependant,  sous  la  pression  internationale,  elle  a  acceptée,  contrainte  et  forcée,  de  soutenir,  (le moins possible),  l'action  des  Occidentaux  contre  Daesh.

N'oublions  pas  que  la  Turquie  avait  annexé  pratiquement  toute  l'Europe  centrale  jusqu'à  l'Autriche,  (Empire  ottoman),  et  ce  qu'elle  n'a  pu  maintenir  militairement,  elle  veut  l'imposer  politiquement.

Financièrement :

Même  dans  les  temps  "tranquilles",  la  Turquie  ne  s' est  intéressée  aux  pays  européens  que  par  intérêt.

Et  aujourd'hui,  dans  l'optique  de  cette  future  adhésion,  la  Turquie  perçoit  d'énormes  subventions,  alimentées  par  les  impôts  européens  et  français  en  particulier,  qui  apparaissent  à  beaucoup  de  gens  totalement  injustifiées  pour  le  moins  et  constituent  autant  de  détournements  de  fonds  qui  seraient  bien  plus  utiles  ailleurs,  (santé, emplois, retraites…).  

Culturellement  et  Socialement :

La  Turquie  ne  saurait  accepter  une  Europe  majoritairement  de  race  blanche,  chrétienne  et  protégeant  la  liberté  d'expression,  la  démocratie  appliquée,  les  arts  soi-disant  profanes,  etc...

a /  Religion :  Si  la  Turquie  et  son  Islam  devaient  être  acceptés,  pourquoi  pas  demain  l'Egypte,  la  Libye  et  après-demain  tout  le  Maghreb;  puis  les  religions  animistes  d'Afrique  noire,  puis  le  Bouddhisme  et  toutes  les  religions  extrême-orientales...
Où  est  l'Europe ?     

b /  Art  de  vivre  et  Education :  Si  la  Turquie  et  son  Islam  étaient  acceptés,  demain  les  petits  enfants  européens  :
       -  devront  porter  le  voile  à  l'école,  (pour  les  filles),
       -  apprendre  la  langue  arabe  comme  langue  maternelle,  (c'est déjà ce qui se produit dans beaucoup d'écoles                          publiques),  
       -  et,  les  garçons,  devenus  adultes,  seraient  tenus  d'aller  à  la  Mosquée  tous  les  vendredis  après-midi,
       -  etc...
Est-ce  vraiment  une  éducation  européenne ?

Toutes  les  femmes,  qui  sont  encore  plus  jolies  au  printemps,  sortiront,  quand  elles  en  auraient  eu  l'autorisation,  et  accompagnées,  voilées  jusqu'aux  yeux  en  portant  un  linceul  noir.

c /  Le  commerce :  Ces  échoppes  qui  amusent  le  touriste  mais  manquent  totalement  des  plus  élémentaires  hygiène  et  sécurité  alimentaires,  entre  autres,  (égorgement en pleine rue d'animaux destinés à l'alimentation humaine),
etc…  etc…  etc…

Humainement  et  Sportivement :

L'Européen  pourra-t-il  tranquillement  visiter,  se  promener  et  faire  du  shopping  sans  craindre  une  rafale  de  mitraillette,  un  attentat  à  la  bombe,  voire  la  simple  agression  physique,  (Ankara, Istambul).

Deux  exemples  cités  de  mémoire :

Il  y  a  quelques  années,  des  croisiéristes  européens,  (dont beaucoup de Français),  ont  été  très  violemment  agressés  et  brutalisés  par  le  personnel  turc.
En  2008,  les  Turcs  ont  refait  payer  leur  séjour  à  des  touristes  européens,  (dont plusieurs Français encore),  sous  menace  de  les  jeter  à  la  rue,  suite  à  un  conflit  avec  le  voyagiste.
Ces  touristes  n'étaient  pour  rien  dans  ce  problème  mais  ils  ont  été  pris  en  otage  par  les  Turcs.

De  quelle  sécurité,  le  passant,  le  voyageur,  (compagnies aériennes secondaires non conformes mais, malgré tout,  acceptées par protectionnisme de complaisance),  pourra-t-il  bénéficier ?

Est-ce  vraiment  cet  art  de  vivre  que  l'on  veut  pour  l'Europe ?

Il  y  aurait  une  mesure  à  prendre  le  plus  rapidement  possible :

Il  serait,  pour  le  moins,  opportun  d'exclure  définitivement  la  Turquie  du  sport  européen;  tous  les  sports,  qu'ils  soient  individuels  ou  collectifs;  (sans doute, resterait-elle participante au sport mondial mais serait rattachée à une fédération  moyenne -orientale).
Le  racisme  et  la  violence  y  sont  présents  constamment;  (des blessés plus ou moins graves, quelquefois des morts),  lors  de  matchs  de  football  par  exemple,  sans  parler  de  leur  chantage  constant  visant  à  favoriser  la  Turquie  dans  toutes  les  compétitions  internationales.
Comportement  identique  de  tous  les  pays  arabes  ou  africains  qui  prétendent  un  racisme  exacerbé  à  leur  encontre  sitôt  qu’une  décision,  quelle  qu’elle  soit,  leur  est,  de  leur  point  de  vue,  défavorable .
Les  exactions  anti-européennes  de  la  Turquie  peuvent  se  multiplier  facilement;  depuis  les  mesures  politiques  jusqu'aux  simples  faits  divers,  tout  prouve  cet  état  de  fait.

Reste  un  dernier  point  à  traiter :

Le  sort  de  l'enclave  turque  dans  la  Thrace  européenne.
Outre  le  statu  quo  actuel,  il  conviendrait  d'étudier  les  solutions  qui  auraient  été  possibles  parmi  d'autres  peut-être.

1 )  La  Grèce  aurait  pu  nationaliser  cette  enclave,  (22 000 km², 1/6° de son territoire environ),  en  laissant  le  choix  par  référendum  aux  habitants  de  devenir  Grecs  ou  rester  Turcs.
Ceux  qui  auraient  choisi  de  rester  Turcs  pouvaient,  sous  une  certaine  période  de  temps,  retourner  en  Turquie…  "continentale".

C'est,  à  peu  de  choses  près,  ce  qui  s'est  passé  avec  la  Sarre  après  la  deuxième  guerre  mondiale. (1955).

Aujourd’hui  elle  n’a  plus  les  moyens,  notamment  économiques, de  réaliser  une  telle  procédure,  sans  oublier  la  "bagarre"  constante  avec  la  Turquie  au  sujet  de  Chypre.

2 )  L'Europe  pouvait  étudier  la  possibilité  d'un  "rachat"  éventuel  à  la  Turquie  de  ce  territoire  ancré  en  Europe  et  mettre  en  place  un  processus  de  protectorat  territorial,  administratif  et  économique  et  proposer  ce  référendum évoqué  ci-dessus.
L'Europe  pouvait  aussi  permettre  à  ce  territoire  de  devenir  une  nation  indépendante  avec,  dans  un  premier  temps,  une  administration  allégée,  finances  et  sécurité  notamment  pourraient  être  l'objet  d' une  assistance  de  l'Europe.
Ce  qui  correspond  à  une  scission  territoriale  semblable  à  celle  du  Pakistan  et  de  l'Inde.

3 )  Ce  territoire  restait  turc  mais,  dans  ce  cas,  et  comme  indiqué  ci-avant,  la  Turquie  toute  entière  serait  définitivement  exclue  de  l'Europe.

De  tout  cela,  il  ressort  une  seule  conduite  possible :

Jamais  de  Turquie  en  Europe ,  ni  aucun  autre  pays  arabe  d' ailleurs.

Tout   en   se   posant   la   question   de   son   utilité   et   de   l'intérêt   pour   l'Europe,   un   partenariat   économico- commercial  prudent,   intéressant   les   pays   du   pourtour   de   la   Méditerranée,   suffit   amplement  à   normaliser   les  relations  entre  l'Europe  et  ce  (ou ces)  pays,  (projet proposé par la France, il y a quelques années).

Cependant,  il  conviendrait  de  limiter  cette  future  entité  aux  seuls  pays  possédant  une  façade  maritime  méditerranéenne  et  non,  comme  certains  Politiques  l’ont  déjà  proposé,  de  l'étendre  à  tout  le  Moyen-Orient et l'Afrique orientale, (Soudan, Ethiopîe). 
Ces  pays-là  peuvent  faire  l'objet  d'autres  accords  et  contrats.

Pour  finir  et  volontairement,  ce  document  fait  abstraction  de  l'enlèvement  de  personnes,  de  la  drogue,  du  terrorisme,  du  trafic d'armes,  dont  la  Turquie  fait  son  commerce  quotidien.

CONCLUSION

Une  Europe  européenne !  Oui  bien sûr ...

Mais  aussi  était-il  vraiment  nécessaire  de  vouloir  immédiatement  un  élargissement  aussi  large  en  accueillant  en  son  sein  autant  de  pays  qui  n'étaient  pas  prêts  à  tous  points  de  vue  à  faire  partie  intégrante  de  cette  entité !

Le  V.R.A.I.  a  toujours  considéré  que  la  création  de  l' Europe  aurait  dû  relever  de  la  compétence  des  six  pays  fondateurs  qui  se  seraient  engagés  dans  un  processus  obligatoire  d'organisation  et  d'harmonisation  administrative  et  législative,  fiscale,  économique  et  monétaire, commerciale  et  industrielle,  énergétique  et  environnementale,  sociale  et  familiale,  etc ...  avant  toute  idée  de  partenariat,  d'ouverture,  de  développement.

Cela  aurait  été  beaucoup  plus  intelligent  et  constructif. 

Il  était  déjà  difficile  de  trouver  un  accord  à  six;  comment  fera-t-on  demain  pour  travailler  dans  cet  esprit  à 28,  peut-être  29  ou  30,  si  la  France  accepte  les  pays  islamiques  des  Balkans  et  de  l' Europe  de  l' Est  et  surtout  la  Turquie. 

La  France  a  perdu  son  leadership  naturel  dans  la  construction  européenne;  en  conséquence,  elle  devrait  "faire  un  peu  le  ménage  chez  elle"  et  inciter  quelques  autres  nations  européennes  à  en  faire  autant.

C'est  le  sens  donné  aux  éléments  mentionnés  ci-après  pour  mémoire.

Serait-il  possible,  pour  une  fois,  de  faire  abstraction  des  divergences  politiques  et  préférer  œuvrer  dans  l'intérêt 
général.

De  nombreux  autres  sujets  vont  intéresser  l'Europe  et  bien  évidemment  la  France :

Le  réchauffement  climatique,  les  besoins  énergétiques,  la  pénurie  d'eau  douce,  l'agriculture  et  l’alimentation,  (que  mangeront demain les Européens et surtout pourront-ils manger ?),  mais  aussi  et  surtout  l'immigration  clandestine…

Faudrait-il  penser  peut-être  à  unifier  l’Europe  en  employant  une  seule  "langue  européenne",  tant  il  sera  important  que,  demain,  tout  le  monde  parle  le  même  langage  et  surtout  se  comprenne;  ce  sera  le  signe  le  plus  marquant  et  universel  de  l'unité  de  l'Europe.
Que  de  disputes  en  perspectives  car  le  français  arrive  largement  en  tête  dans  le  choix  éventuel  de  cette  langue  unitaire. (seule langue suffisamment forte et utilisée mondialement pour rééquilibrer l'usage abusif de l'anglais),  mais  un  autre  problème  apparaît  immédiatement  qui  a  pour  nom  la  Russie;  comment  réagirait-elle à  cette  éventualité ? 

Quelle  sera  la  place  de  l'Europe  face  aux  puissances  montantes,  (pays émergeants) ?

Tout  cela  et  bien  d' autres  choses  encore,  (la Défense ou encore une simplification drastique de la fiscalité en réformant  profondément l'impôt sur les sociétés par exemple),  constituent  autant  de  problèmes  à  résoudre  de  la  meilleure  manière  possible  pour  l'Europe  mais  surtout  pour  la  France  qui  a  besoin  de  travailler  très  sérieusement  sur  son  devenir  national  et  européen;  et  cela  sans  atermoiements  ni  états  d'âme.

La  simplification  territoriale  par  exemple,  (dont il est traité par ailleurs),  représente  un  chantier  qui  ne  peut  plus  attendre;  aujourd'hui,  l'unité  administrative  de  base  de  la  France  devrait  être  la  commune  qui  verrait  en  l'occurrence  ses  pouvoirs  renforcés  mais  pas  le  Département  qui  est  une  entité  nommée  et  non  élue.

Quelques-uns  de  ces  éléments  ont  été  déjà  traités  dans  le  présent  programme  mais  bien  d'autres  sujets  d'étude  existent.

Alors,  vouloir  construire  l'Europe,  c'est  bien,  utile  et  nécessaire;  mais  ne  faudrait-il  pas  aussi,  et  en  même  temps,  finir  de  bâtir  la  France  du  21°  siècle ?

IL   EST   TEMPS   DE   PARLER   V.R.A.I.

---oOo---