VASTE RASSEMBLEMENT
pour des
ACTIONS IMPRESCRIPTIBLES
2 rue Alexis Mossa 06000 NICE
---oOo---
http://www.levrai.net

PROGRAMME NIÇOIS
































































































































































































































































































































* LES   GRANDS   TRAVAUX   DE   NICE *

UN  CONSTAT  DESOLANT:

La  Municipalité  de  Monsieur  Estrosi  s’est  engagée  sur  la  voie  de  plusieurs  travaux  somptuaires  de  prestige  intéressant,  pour  certains  d'entre eux,  moins  de  30 %  de  la  population.

Ces  réalisations  ont  généré  un  endettement  financier  très  important  qui  lie  la  ville  sous  une  dépendance  économique  s’étendant  sur  plusieurs  années,  voire  des  décennies,  (le stade, apparemment 30 ans).

Les  principales  erreurs  commises  sont  reprises  ci-après  et  présentées  sous  forme  explicative  simple .

Le  stade  Allianz-Riviera :

La  faute  incompréhensible  a  été  de  limiter  sa  capacité  à  moins  de  35 000  places.

Les   conditions   régissant   les   infrastructures   des   stades   internationaux   sont   précisées   dans   les   textes   de  L' U.E.F.A.,  (Union Européenne de Football Association).
Par  condescendance  envers  la  ville  de  Nice,  l’ U.E.F.A.  a  bien  voulu  accepter  le  classement  en  3°  catégorie  de  ce  stade,  (et certainement pas en 4°, la catégorie de l’Elite).

Ce  qui  veut  dire  que  ce  stade,  qui  a  coûté  près  de  400  millions  d’euros,  ne  recevra  jamais  une  Finale  de  Coupe  d’Europe,  ni  la  Coupe  du  Monde,  ni  les  Jeux  Olympiques.
Tout  au  plus,  et  par  complaisance  de  l’ U.E.F.A.,  ce  stade  pourrait  éventuellement  se  voir  attribuer  un  quart  de  finale  à  la  condition  que  l’ Allianz-Riviera  soit  retenu;  pour  l’instant,  il  est  sur  la  liste  des…  sélectionnables.

Rappelons  que  la  capacité  des  grands  stades  anglais ,  italiens  ou  espagnols,  (et même de l’ Europe de l’Est),  se  situe  aux  alentours  des  70 000  places  et  que  dire  de  l'ancien  Maracaña  et  ses  120 000  places.
Le   stade   de   Nice   se   classe   au   112°   rang   européen,   bien   après   des   stades   qui  ont  été  construits…  avant-guerre  et  bien  après  Nantes,  Saint-Etienne  ou  Lens  qui  ne  sont  pas  5°  ville  de  France.

Alors,  la  question  se  pose :  " Quitte  à  s’endetter  autant,  ne  valait-il  pas  mieux  réaliser  un  stade  de  catégorie  mondiale ? "

Tout  s’y  prêtait  sur  la  Côte  d’Azur :  site,  climat,  hôtellerie,  liaisons  aériennes,  ferrées,  routières,  festivités  de  circonstance,  infrastructures  existantes  ou  possibles,  etc…

Voilà  bien  un  endettement  somptuaire  gâché  par  une  politique  de  "courte  vue"  où  seul  le  désir  de  paraître  du  Maire  était  le  guide  de  son  action.  Cet  orgueil  démesuré  va  pourtant  coûter  des  intérêts  à  hauteur  de  8  millions  d’euros  par  an  aux  contribuables  niçois.

Mais  cette  réalisation  souffre  aussi  de  nombreux  autres  défauts.

Car,  il  est  communément  admis  par  toutes  les  instances  concernées  qu’un  grand  nombre  de  places  offertes  au  public  influe  non  seulement  sur  les  recettes  mais  aussi  sur  les  infrastructures  intrinsèques  du  stade  concerné :  voies  d’accès,  liaisons  par  transports  en  commun,  parkings  de  grande  capacité,  équipements  de  sécurité,  qualité  de  confort  et  autres…

Tous  ces  équipements,  et  d’autres,  font  défaut  actuellement  à  ce  nouveau  stade  niçois,  au  moins  en  partie.

L’actuel  Maire  de  Nice  a  voulu,  à  tort,  ouvrir  trop  tôt  ce  stade;  toutes  les  fautes  relevées  auraient  pu  être  évitées  avec  un  peu  plus  de  réflexion  et  moins  de  précipitation.
Il  est  évident  qu'il  veut  à  tout  prix  laisser  son  empreinte  dans  la  population;  il  y  est  arrivé  puisque  des  résidents  de  notre belle  cité,  inconscients apparemment  de  l'endettement  de  la  ville,  lui  ont  redonné  les clefs  de  la  Municipalité  en  2014.

S’il  est  trop  tard,  sans  doute,  pour  reprendre  l’architecture  et  la  construction,  (ce ne pourrait se faire qu’en rajoutant une  somme colossale),  il  est  encore  temps  d’agir  sur  l’environnement  direct.
(pour  l'anecdote,  il  est  incompréhensible  que  ce  soit  l'architecte  qui  impose  la  couleur  des  sièges,  la  reconnaissance  de  sa  réalisation  et  ses  honoraires  doivent  amplement  suffire  à  sa  notoriété).

Concernant  cet  environnement  direct,  plusieurs  pistes  de  travail  doivent  inciter  à  la  réflexion.

*Construction  de  plusieurs  parkings  à  étages  offrant, à  un  tarif  attractif, une capacité de stationnement de 5 000  places  minimum  et  incluant  un  "parking  2  roues" gratuit.

L’actuel  projet  mentionne  un  parking  de…  1 500  places,  pour  une  fréquentation  moyenne  de  16 000  spectateurs  payants  depuis  l'ouverture  de  ce  stade.     .

*Construction  également  d’une  véritable  gare  routière  ouverte  aux  cars  de  tourisme,  (spectateurs non niçois),  et  lignes  de  bus  réguliers  et  spéciaux.

Le  projet  actuel  prévoit  un  simple  parking  de  bus.

*Construction  d’ une  station  pour  le  futur  tram,  (n° 3),  qui  relierait  la  ligne  n° 2,  en  un  point  restant  à  déterminer,  (peut-être, un  module-échangeur à créer sans doute sur l'emprise du M.I.N.),  pour  la  quitter  plus  loin  afin  de  rejoindre  la  gare  SNCF.
Une  liaison  directe  entre  la  gare,  l’aéroport  et  le  stade  serait  plutôt  pratique  pour  touristes,  voyageurs  et  amateurs  de  rencontres  sportives,  ou  autres  prévues  dans  ce  stade.

Le  projet  actuel,  peu  précis,  le  mentionne  pour  un  futur  indéterminé.

*Réalisation  d’ un  vaste  jardin-promenade  pour  agrémenter  d’un  espace  vert  ce  lieu  appelé  à  une  grande  fréquentation.

Le  dessin  d’architecte,  apparemment  embelli,  en  fait  état  mais  ne  semble  pas  réaliste.

*Création  d’un  "mail  commercial"  composé  exclusivement  de  petites  boutiques :  alimentation  et  spécialités  niçoises,  fleurs,  parfumeries,  (mise en valeur de la région),  cadeaux/jouets/souvenirs,  bars-restaurants,  succursales bancaires,  habillement,  stations-services,  etc…  et  sans  doute  d’autres  commerces,  incitant  à  la  dépense  et  favorisant  ainsi  des  rentrées  monétaires.

Le  projet  actuel  le  prévoit  mais  semble  favoriser  seulement  deux  ou  trois  grosses  sociétés.

*  Création  au  moins  d'un  autre  hôtel,  (un seul est prévu),  offrant  une  gamme  de  prix  et  de  services  diversifiée.

*  Création  d’un  service  de  soins  et  de  secours;  en  cas  de  problème,  (grosse bousculade par exemple),  l’infirmerie  du  stade  ne  suffirait  pas.
Dans  l’idéal,  ce  service  pourrait  être  doté  d’un  héliport,  (la place ne manque pas).

Beaucoup  de  possibilités  sont  offertes  pour  ce  site,  il  faudrait  en  profiter  pour  dynamiser  cet  endroit  et  ses  alentours  directs.

La  piscine  olympique :

Comme  pour  la  gare,  ce  projet  présente  moins  d’importance  mais  cet  équipement  était-il  vraiment  utile  puisqu’il  y  a  toujours  une  autre  piscine  à  proximité.

Les  champions,  ayant  émigré  sous  d’autres  cieux,  (c’était connu depuis longtemps),  était-il  urgent  de  dépenser  une  somme  aussi  énorme ?

Ici  encore,  le  Maire  a  persévéré  dans  sa  boulimie  financière  sans  trop  s’occuper  de  la  facture  pour  les  contribuables  niçois.

Sans  doute  l’attrait  de  la  nouveauté  amènera  une  fréquentation  relative  mais  il  faut  espérer  que  cette  piscine  olympique  puisse  servir  lors  des  rencontres  prévues  au  cours  des  prochaines  manifestations  nationales  ou  internationales  susceptibles  d’amener  quelques  milliers  d’euros  dans  l’escarcelle  niçoise  qui  en  a  bien  besoin.

La  Gare  de  Nice-ville :

Si,  sur  le  papier,  le  projet  pouvait  paraître  intéressant,  voire  plaisant;  du  point  de  vue  pratique  et  efficacité,  il  est  plutôt  décevant.

Comme  pour  l’Aéroport,  la  Gare  est  le  premier  contact  du  visiteur  avec  la  ville;  il  importe  donc  que  le  site  soit  particulièrement  soigné  et  accueillant  sur  tous  les  plans :  esthétique,  praticité,  confort,  etc…

Il  est  agréable  de  constater  que  la  très  belle  couverture  des  voies,  style  Art  Déco  Baroque,  ait  été  sauvegardée  définitivement  puisqu’elle  devrait  être  inscrite  au  Patrimoine  national.

Il  a  été  question  pendant  quelques  temps  de  démolir  cette  façade  magnifique;  heureusement,  il  semblerait  que  cette  idée  ait  disparu  mais  il  est  regrettable  que  le  snobisme  de  modernité  de  la  part  de  quelques…  "aventureux"  et  leur  désir  de  "paraître"  permettent  de  laisser  émerger  de  telles  stupidités.
Heureusement,  d’après  le  projet  affiché,  la  façade  est  conservée.

Le  coût  initial  du  projet  est  de  80  millions  d’euros  pour  le  seul  aménagement  du  parvis  et  du  «corridor»  commercial  reliant  la  gare  à  l’avenue  Jean  Médecin  mais  il  est  déjà  dépassé  avant  la  fin  de  cette  tranche  de  travaux  terminée;   mais  le  corridor  d'accès  semble  être  passé  aux  oubliettes.

Ouvrir  un  accès  à  la  gare  par  le  côté  nord  au  débouché  de  la  rue  des  Combattants  en  Afrique  du  Nord  aurait  été   plutôt  une  bonne  idée  mais  elle  nécessite  l’aménagement  circulatoire  de  la  zone  pour  véhicules  et  piétons,  la  création  d’une  voie  "dépose-minute"  et  la  démolition  du  square  Colonel  Jeanpierre  pour  construire  un  parking  partie  à  étages  et  partie  en  sous-sol  d’une  capacité  qui  ne  saurait  être  inférieure  à  500  places.
A  hauteur  de  ce  parking,  dans  la  rue  Trachel,  il  sera  nécessaire  de  prévoir  un  arrêt  de  bus  permettant  l’accès  à  la  gare  par  ce  côté.
Donc,  tout  cela  n'est  pas  pour  demain

La  création  du  «corridor  commercial»  avec  un  cheminement  piétons  entre  la  station  de  tram,  arrêt  Médecin-Thiers  et  la  gare  aurait  pu  être  une  bonne  idée;  encore  aurait-il  fallu  lui  joindre  un  tapis  roulant  pour  les  personnes  à  mobilité  réduite  et  les  voyageurs  avec  bagages.
Cependant,  si  cette  création  voyait  le  jour,  un  problème énorme  apparaîtrait  lors  de  la  réalisation  de  la  ligne  de  tram  qui  desservira  la  gare  Riquier  dans  un  sens  et  l'aéroport dans  l'autre  car  le  parvis  actuel  ne  prévoit  rien  à  ce  sujet  et  ce  corridor  sera  plutôt  gênant.  

Si  le  projet  de  cette  nouvelle  gare  n’est  pas  totalement  négatif,  son  défaut  majeur  en  est  l’accès  habituel  et  ses  facilités d’utilisation.

Pour  être  un  beau  parvis,  c'est  un  beau  parvis  mais  qu’en  est-il  des  personnes  âgées  qui  se  déplacent  difficilement !
Qu’en  est-il  des  mères  de  famille  avec  plusieurs  bagages  et  les  enfants  à  surveiller !…
Parcourir  plusieurs  dizaines  de  mètres,  traverser  l'avenue  Thiers  éventuellement,  pour  arriver  au  hall  d’accueil  n'est  pas  si  évident.

Dans  ce  projet,  il  est  totalement  fait  abstraction  de  toutes  les  commodités  que  l’on  est  en  droit  d’attendre  de  l’accueil  de  la  cinquième  ville  de  France.

*Pas  d’arrêts  de  proximité  pour  les  handicapés,  les  personnes  âgées  ou  les  familles  nombreuses,  ni,  apparemment,  de  parcs  de  chariots,

*Pour  l’instant,  peu  de  dessertes  prévues  Gare-Aéroport  dans  les  deux  sens,  sauf  avec  détours  inutiles;  des  lignes  directes  "Gambetta,  Promenade,  Aéroport",  et  retour,  seraient  vraisemblablement  appréciées.

*La  station  de  taxis  se  trouve  à  l'extrémité  de  ce  parvis,

*Un  parking  de  570  places  à  proximité  pour  une  fréquentation  de  7  à  8  millions  de  voyageurs  en  2014  et,  sans  doute,  10  à  12  millions  à  la  fin  de  tous  les  travaux  en  2017.
Un  nouveau  parking  à  étages  de  800  à  1000  places   sur  l'emprise  de  la  gare  le  long  de  l'avenue  Thiers  est  absolument  nécessaire.

*Et  il  manque  toujours  un  véritable  «Buffet  de  la  Gare»,  une  ville  comme  Nice  ne  peut  se  passer  d’un  Buffet  digne  de  ce  nom  à  l’intention  des  voyageurs  et  accompagnants  et  offrant  un  service  à...deux  vitesses :  service  rapide  et  restaurant  côté  tel  «le  Train  Bleu,  gare  de  Lyon  à  Paris»,  (rentrées économiques).

Tout  cela  aurait  dû  être  prévu  dans  l’ ensemble  du  projet  présenté  et  non  remis  à  une  date  ultérieure  comme  cela  le  laisse  supposer.

Il  est  à  espérer  qu’une  rectification,  encore  possible  pour  l’instant,  prenne  en  compte  ces  doléances  fondées;  il  paraît  incompréhensible  que  ces  points  aient  été  écartés.

Tous  ces  parkings  à  prévoir,  à  la  gare  ou  dans  la  ville,  devront  comporter  un  «étage  technique»,  commandes  annexes  des  aiguillages  du  tram, (si nécessaire),  régulation  de  circulation,  surveillance-vidéo,  etc…

Chaque  dernier  étage  pourrait  être  constitué  d’une  crèche-garderie,  palliant  un  manque  flagrant  à  Nice,  et  offrant  un  service  bien  à  propos  aux  salarié(e)s  pour  leurs  déplacements  professionnels,  de  loisirs  ou  privés,  (diverses démarches  administratives ou commerciales).

Si  le  problème  pouvait  paraître  de  moindre  importance  au  regard  des  deux  premières  erreurs  mentionnées  ci-avant,  il  reste  néanmoins  d’une  certaine  acuité  compte-tenu  de  l’image  de  qualité  de  vie  que  la  ville  veut  et  doit  donner  aux  voyageurs  et  aux  touristes.

Par  ailleurs,  la  gare  était  sale;  fréquentée  par  des  mendiants  et  des  sans-abri,  plus  ou  moins  ivres  qui,  le  soir  à  l’intérieur  du  hall  d’accueil,  chahutent  assez  souvent  et  s’interpellent  avec  force  cris  et  gesticulations  et,  avec  leurs  chiens,  mobilisent  les  trottoirs  ou  le  parvis;  ils  n’ont  rien  à  faire  dans  cet  endroit  et  importunent  plutôt  les  usagers,  voyageurs  occasionnels  et  touristes.
Heureusement,  cet  aspect  négatif  semble  être  en  forte  diminution.

La  Statue  de  la  Liberté ! ! !

Oh  la  belle  ouvrage  que  voilà  !!!

Apparemment,  il  n’y  a  pas  beaucoup  de  Liberté  à  Nice;  environ  1,30 m.,  (flambeau compris),  pour  plus  de  2 m. de  socle  en  pierre.
Il  apparaît  que  la  Liberté  ait  les  pieds  dans  le  béton;  une  ancienne  technique  maffieuse  pour  faire  disparaître  ce  qui  gêne …

Qu’est-ce  qui  gêne  à  Nice ?

La  Liberté  de  dire  ce  que  l’on  pense …  La  Liberté  du  pluralisme  politique …

Oui !  C’est  peut-être  bien  cela;  lorsque  l’on  sait  que  seul  le  Maire  actuel  trouve  grâce  auprès  des  médias  locaux,  (nice matin, AzurTV, …).

Le  système  en  place  brouille  le  jeu;  l'appareil  de  propagande  UMP/Les Républicains  pèse  de  tout  son  poids  sur  les  enjeux  décidant  arbitrairement  de  la  vie  future  des  Niçois.

Pourquoi  est-ce  Paris  qui  décide  ce  qui  est  bon  ou  pas  pour  les  Niçois ?

Et  cet  avenir  n’est  pas  rose.

Comme  cela  a  déjà  été  précisé,  l’endettement de  la  ville  est  l’un  des  plus  élevé  de  France;  le  rapport  par  habitant  est  de  1300  €./an  environ,  soit  le  double  la  moyenne  nationale  et,  environ  12 %  des  impôts  locaux  payés  par  chaque  contribuable  niçois  sert  à  payer  les  dépenses  de  prestige;  sachant  que  le  stade  par  exemple  endette  Nice  pour  30  ans  à  raison  de  8  millions  par  an,  (voir clause de sauvegarde).

Le Maire,  obtus,  a  voulu,  envers  et  contre  tout,  maintenir  le  tracé  souterrain  du  Tram  n° 2; et  les  travaux  sont  en  cours;  pourtant  la  ville  de  Nice  risque  d’être  placée  sous  tutelle  car  le  coût  exorbitant  de  ces  travaux,  (pratiquement 1,5 milliard d'euros, le Maire parlait de  850 millions),  ne  pourra  plus  être  assuré  par  la  population  niçoise.

La  mise  sous  tutelle  impose  une  gestion  stricte  des  finances  qui  sera  menée  par  le  Préfet,  à  savoir  augmentation  immédiate  de  tous  les  impôts,  réduction  de  toutes  les  dépenses  publiques,  notamment  les  dépenses  sociales,  diminution  importante  de  la  masse  salariale,  impossibilité  d’engager  de  nouveaux  travaux,  même  s’ils  sont  importants,  s’ils  ne  sont  pas  d’une  urgence  extrême  intéressant  la  sécurité  des  habitants  par  exemple,  etc…etc…

Mais  d’autres  dépenses  tout  aussi  stupides  sont  déjà  prévues;  tel  le  bétonnage  du  plateau  du  Château  entre  autres …

Niçois,  votre  avenir  était  entre  vos  mains;  l’heure  n’était  plus  au  tape-à-l’œil,  au  prestige,  à  la  parade,  et  pourtant  beaucoup  de  concitoyens  ont  opté  pour  la  poursuite  de  cette  mégalomanie  financière;  la  Ville  de  Nice  méritait  mieux  que  cela.

Ce  n’est  qu’une  fois  tous  les  six  ans  que  vous  pouvez  faire  entendre  vos  souhaits  mais  maintenant les  Niçois  supporteront  cet  engagement  irréfléchi.

C’est  trop  tard  pour  dire :  " Si  j’avais  su …";  la  chance  est  passée ...

Et  le  Stade  du  Ray ! ! !

Qu’en  fait-on ?

Dans  le  cadre  de  la  redynamisation  de  Nice-Nord,  il  convient  de  prévoir  un  aménagement  exemplaire  de  ce  site  exceptionnel.

Il  n’est  pas  question  de  le  laisser  à  la  cupidité  financière  des  promoteurs  qui  se  voient  déjà  presque  milliardaires  grâce  à  la  vente  hors  de  prix  des  appartements  construits  sur  cet  emplacement  privilégié.

Il  ne  saurait  être  destiné  à  devenir  le  chantier  d’une  prochaine  mosquée  comme  quelques  personnalités,  pourtant  pas  niçoises  pour  certaines  d’entre  elles,  le  souhaitaient.
On  peut  imaginer  le  futur  d’une  telle  entité  dans  cet  environnement  particulier  qui  deviendrait  le  théâtre  de  nuisances  de  toutes  sortes  :  bruits  et  encombrements  intempestifs  de  la  voie  publique,  marchés  plus  ou  moins  clandestins  et  délinquance,  risque  de  création  d’une  zone  de  non-droit,  etc …

Non !  Ce  site  doit  être  et  rester  au  service  des  Niçoises  et  des  Niçois.

Alors,  le  V.R.A.I.  propose  un  aperçu  de  son  futur  éventuel.

Ce  site  offre  toutes  les  fonctionnalités  pour  devenir  une  cité  administrative  modèle  en  érigeant  un  vaste  ensemble  qui  pourrait  être  le  suivant  :

*  Elévation  d’un  grand  bâtiment  de  quatre  étages  sur  trois  étages  de  parking  souterrain, (minimum, quatre si possible).

*  Le  rez-de-chaussée,  réservé  aux  services  administratifs  municipaux,  comprendrait

   -  Une  annexe  de  la  Mairie,  (récupération du local actuel), avec   possibilité  d’inclure  la                  bibliothèque,  (récupération  également de ce local),  ces  deux  locaux  mis  en vente  ou  en               location  participeraient  à  postériori  au  financement de  la  nouvelle  construction,

 

   -  Une  antenne  des  sapeurs-pompiers,  (pour les quartiers nord-est qui en sont dépourvus);  la              caserne  Las  Planas  ne  peut  subvenir  à  tous  les  besoins.

 

   -  Une  dépendance  du  Commissariat  de  police  avec  tous  les  services  nécessaires,

 

          -  Une  base  active  des  services  techniques  de  la  ville,  (voirie, bâtiments, entretien et                            assainissement, bureaux d’études, etc  …),

Ces  trois  derniers  points,  (pour l’instant absentde toute cette partie de la cité),  participeront  activement  à  la  sécurisation  des  quartiers  alentour  qui  en  ont  bien  besoin,  (Bateco entre autres),

Par  ailleurs,  ces  quatre  services  se  partageraient  le  parking  de  surface  qui  leur  sera  réservé.

 

Les  étages  pourraient  être  désignés  comme  suit :

          Le   étage  comprendrait  tous  les  services  administratifs,  (Etat civil, pièces d'identité, fiscalité et autres,...),  qu'ils  soient  municipaux ou  nationaux.
 

         Les   et   étages  pourraient  être  constitués  d’une  résidence  pour  personnes  âgées  à  tarif  municipal,  (autofinancement futur possible),  et  non  à  des  coûts  mensuels  si  élevés  actuellement  qu’ils  sont  hors  des  possibilités  financières  de  nos  aînés.

Il  n’y  en  a  pas  dans  ce  secteur

 

        Le   étage  serait  dévolu  à  une  halte-garderie-jardin  d’enfants  avec  terrasse,  (inexistante  également dans le quartier),  qui  rendrait  bien  service  aux  résidents  à  proximité,  (ici aussi  autofinancement futur possible).

En  ce  qui  concerne  les  parkings,  le   sous-sol  serait  réservé  aux  employés  et  éventuellement  aux  abonnés.

 

          Les   et  sous-sol,  (peut-être  si possible),  seraient  publics  et  payants  mais  à  un  tarif  modéré  afin  d’amortir  plus  vite  les  constructions  et  ensuite  autofinancement  possible.

 

Bien  évidemment,  l’ensemble  de  cet  énorme  bâtiment,  (étages et parkings),  doit  être  équipé  d’ascenseurs,  d’accès  handicapés  et  posséder  toutes  les  infrastructures  indispensables  de  sécurité.

Dans  ce  projet,  le  tennis  ne  serait  pas  touché  et  la  place  étant,  il  pourrait  y  être  adjoint  un  club  bouliste  par  exemple;  il  n’y  en  a  pas  non  plus  dans  ce  secteur.

 

Ce  projet  peut  être  agrémenté,  perfectionné,  complété  mais  le  principe  doit  être acquis  et  rien  ne  devrait  le  détourner.

Que  dire  de  plus ?

Il  y  a  d’autres  projets,  réalisations,  évènements  qui  prêtent  le  flan  à  critiques  tel  le  grand  trouble,  (pour  ne pas dire plus),  ressenti  lors  des  dernières  éditions  du  Festival  de  Jazz :  que  vient  faire  le  rap  dans  cette  manifestation  culturelle ?

Rien  n'empêche  de  créer  un  festival  de  musiques  actuelles,  ce  serait  une  initiative  particulièrement  prisée  par  les  jeunes  de nos  cités;  le  stade  Hermann  pourrait  en  être  le  cadre  privilégié.

Mais  rendons  à  César  ce  qui  est  à  César  et  rendons  au  Jazz  son  identité  propre;  il  se  suffit  à  lui-même  et  n’a  pas  besoin  d’apports  aussi  incongrus  dans  son  Histoire  et,  à  défaut  de  lui  redonner  ce  temple  merveilleux  que  constituaient  les  arènes  de  Cimiez,   il  serait  particulièrement  recommandé  de  le  loger  sur  la colline  du  Château;  les  parkings  existent  à  proximité  et  l'environnement  n'aurait  pas  à  souffrir  du  bruit  et  autres  nuisances  de  fréquentation.

Pour  conclure :

Les  débats  sur  les  dépenses  non  urgentes  continueront  encore  mais  le  maire  n'en  a  cure;  cependant,  l’endettement  de  la  ville  ne  sera  véritablement  en  diminution  qu’avec  une  réduction  des  dépenses  publiques  et  non  la  facilité  de  poursuivre  sans  ménagement  les  augmentations  d’impôts  et  taxes  diverses  à  l’encontre  des  particuliers,  artisans  et  petits  commerçants  freinant  ainsi  une  hypothétique  reprise  économique.

Ces  artisans  et  petits  commerçants  subissent,  depuis  quelques  mois,  une  augmentation  intenable  des  prélèvements  sociaux  tant  au  plan  local  que  national.

Nice  a  énormément  d’atouts  à  faire  valoir  mais  les  tarifs  pratiqués  par  certains  établissements  ou  équipements  sont  prohibitifs.

Le  coût  de  stationnement  dans  les  parkings  existants  est  beaucoup  trop  élevé : 2,50 €.  de  l’heure;  c’est  intolérable,  il  pourrait  très  facilement  être  abaissé  à  1,50 €.  sans  risquer  outre  mesure  la  rentabilité  de  ces  équipements  et  l’augmentation  de  fréquentation  compenserait  la  relative  et  provisoire  perte  éventuelle  de  recettes;  de  même  que  le  coût  de  stationnement  sur  la  voie  publique  par  horodateur  devrait  être  ramené  à  1 €.  de  l’heure.
Certains  établissements  l’ont  compris  et,  facilitant  ainsi  la  rotation  des  véhicules,  proposent  une  heure  gratuite,  le  parking  Saleya  par  exemple  mais  pas  celui  de  Nice-Etoile…

Il  est  indéniable  qu’ il  n’y  a  pas  assez  de  parkings  dans  la  ville.

Des  quartiers  entiers  en  sont  dépourvus :  Cessole/Cyrille Besset/La Dominante,  boulevard  de  la  Madeleine,  ou  encore  Tzaréwitch/Gambetta/Caffarelli;  les  plus  proches  se  trouvent  au  stade  du  Ray  ou  à  la  Gare  des  Chemins  de  Fer  de  Provence  dite  Gare  du  Sud, et  celui-ci  est  souvent  saturé  ou  encore  le  parking  Palmeira  dont  l’accès  au  niveau  inférieur  est  particulièrement  délicat  en  raison  de  son  étroitesse  et  d’un  mur  trop  avancé.
De  même,  concernant  le  boulevard  de  Cimiez,  les  arènes  et  jusqu’à  la  place  du  Commandant  Gérome  et  l'avenue  de  Brancolar,  plusieurs  parkings,  de  taille  modeste  sans  doute,  seraient  souhaitables.

Une  autre  catégorie  d’établissements  pratique  des  tarifs  excessifs;  il  s’agit  des  plages  concédées.

Il  est  inadmissible,  intolérable,  excessif,  de  faire  payer  18  €.  minimum  par  personne  de  droit  d’entrée,  (soit  20% d'augmentation par rapport à l'été 2013 ), pour  bénéficier  de  transats  et  parasols  qui  sont  si  serrés  les  uns  aux  autres  qu’il  est  impossible  d’établir  une  conversation  personnelle  normale  par  exemple  et  donc  de  garantir  une  relative  tranquillité  aux  clients.
Le  tarif  de  5 €. par  personne  devrait  être  le  maximum  autorisé  et  l’installation  des  transats  devrait  être  plus  espacée  en  créant  éventuellement  des  sortes  de  modules  artificiels  regroupant 3, 4, 5,  (ou  plus),  transats  ensemble  pour  les  familles  ou  les  groupes;  comme  cela  a  été  réalisé  pour  leurs  emplacements  de  restauration  chez  certains  plagistes.

Par  ailleurs,  la  cigarette  ne  devraient  pas  être  permise  lorsque  l’on  déjeune  dans  leurs  restaurants  même  si,  comme  leurs  tenanciers  le  prétendent ,  l’endroit  est  au  grand  air.

Enfin,  il  devrait  être  strictement  interdit  que  ces  établissements  acceptent  la  présence  de  chiens,  même  tenus  en  laisse,  (plusieurs cas relevés lors de visites dans ces établissements en 2013 et 2014),  les  clients,  qui  payent  ce  prix  très  élevé,  ne  sont  pas  obligés  d'accepter  qu'un  chien  vienne  se  secouer  près  d'eux  ou  renifler  leurs serviettes,  par  exemple.

Bien  des  choses  sont  à  régler  pour  que  Nice  retrouve  cet  art  de  vivre  qui  a  fait  sa  réputation.

OH   LU   NISSART   QUE   FES ?
---oOo---




























































































































































































































































































D'autres  grandes  réalisations  prévues  ont  été  sujettes  à  critiques  pour  le  moins  et  ont  fait  l'objet  d'une  opposition  de  plus  en  plus  grande  mais  fort  de  son  succès  aux  élections  municipales,  Christian  Estrosi  a     imposé  envers  et  contre  tout  ses  programmes  qui  vont  ruiner  les  Niçois.

Ces  travaux  sont  présentés  ci-après  et  mentionnent  le  désastre  économique  qui  s'en  suivra.

La  ligne  du  tramway  n° 2 :

Christian  Estrosi  ou  l'art  de  mentir  sans  mentir  tout  en  mentant  quand  même ... 

85 %  des  Niçois  sont  favorables;  c’est  exact  mais  plus  de  77 %,  (voir sondage concerné de l’époque),  étaient  opposés  au  tracé  souterrain;  cela  Monsieur  Estrosi  oublie  de  le  préciser.

Très  peu  étaient  relativement  favorables  au  souterrain.
Les  autres  n'étaient  pas  vraiment  favorables  mais  ne  se sont pas  prononcés,  pas  concernés,  ils  s'en  moquaient, la  majorité des autres  n'ont  même  pas  répondu  à  l'enquête.
222  jours  de  consultation : Archi-faux.
Du  12  décembre  2011  au  20  janvier  2012,  cela  fait 40 jours;  moins  les  jours  durant  lesquels  la  consultation  du dossier  était  impossible : vacances  de  Noël,  week-ends,  etc ...,  et  les  horaires  "administratifs"  ne  facilitaient  pas  cette  consultation.
D'après  le  Maire,  environ  5000  personnes  auraient  consulté  le  dossier  présent  sur  trois  sites  définis;  cela  semble exagéré d'autant  qu'aucune preuve  de  fréquentation  n'a  été  enregistrée.
Mise  en  service  en  2017 : Impossible.  
Monsieur  Estrosi  entend  imposer  le  tracé  souterrain;  les travaux  d'études,  sondage  du  sous-sol,  bétonnage,  cuvelage  de  sécurité,  etc ...  prendront  au  moins  les  trois ans  à  venir;  sans  compter  que  la  construction  du tunnel et  des  gares  souterraines  entraîne  la  suppression en  partie  des  arbres  du  boulevard  Victor  Hugo  et  du  jardin  Alsace-Lorraine,  donc,  disparition  de  cet  important  poumon  vert  du  centre-ville.
Temps  de  trajet  de  26  mn.  de  l'aéroport  au  port :
Impossible  également. 
La  ligne  est  longue  de  11,4 km.  et  sur  les  3,6 km.  du tunnel,  il  y  a  quatre  gares.
A  raison  d'une  minute  d'arrêt  minimum  à  chaque  gare, cela  fait  déjà  quatre  minutes.

Pour  des  raisons  évidentes  de  sécurité,  la  vitesse  à  l'intérieur du tunnel  ne  pourra  être  supérieure  à  30 kmh.; soit  pour  les  3,6 km.  un  temps  moyen  de  7  minutes;  c'est-à-dire  environ  11 mn.  au  total  pour  le  seul  trajet souterrain, (calcul optimiste),  soit  le  même  temps  que  par le  tracé  en  surface.  
D'après  Mr. Estrosi,  15 mn.  suffiraient  pour  le  reste  du  trajet,  qui,  entre  la  sortie  du  tunnel  et  l’aéroport,  comporte  12  arrêts,  (1 mn. chacun),  reste  3 mn.  pour  parcourir  près  de  8 km., (distance  restante à l'air libre), c’est-à-dire à une vitesse  moyenne  de    160  kmh.
  " Record du monde absolu pour un  tram."
Rappelons  qu’un  véhicule  intra-urbain  sur  rail  ne  peut  excéder  la  vitesse  de  40 kmh.  en  centre-ville; sécurité oblige ... 
Un chantier propre; le croit-on vraiment !!!
 obstacle,  tous  les  Niçois  savent  qu’à  environ  10 m.  de  profondeur,  l’eau,  la  boue,  la  vase  émergent;  qu’en  est-il  des  canalisations  d’eaux  usées  entre  autres ?  Les  risques  concernant  les  conduites  de  fluides,  (électricité, eau, gaz, téléphone),  ont-ils  été  bien maîtrisés ?  Etc ...
obstacle, les vieux immeubles  du  centre-ville  n’ont  pratiquement  pas  de  fondations;  outre les  nuisances  niées  par  Mr. Estrosi,  (bruits,  poussières,  impacts  sur  la  circulation  et  les  droits  des  riverains,  etc ...), est-ce  que  les  risques  d’écroulement, de  fissures,  de  certains  immeubles  ont  été  bien  évalués ?  Il  est  permis  d’en  douter.
 obstacle,  le  tunnel  débouche  vers  le  Bd. François Grosso,  comment  les  déblais  seront-ils  évacués  par  le  port ? … 






 obstacle,  il  aurait  été  très  intéressant  d’expliquer  comment  les  travaux  éviteront  les  blocages  de  circulation,  la  suppression  de  places  de  stationnement  depuis  le  port  jusqu’à  François  Grosso  et  les  différentes perturbations  et  entraves  diverses  infligées  aux  commerçants.

Il  est  incompréhensible  que  le  Maire  se  soit  entêté  à  vouloir  créer  ce  souterrain;  les  Niçois  ne  sont  pas  des  rats.
Nice  est  l'une  des  plus  belles  villes  du  monde;  le  trajet  en  surface  permettrait  d'admirer  au  passage  les  jardins  et  les  belles  façades  de  ces  magnifiques  immeubles,  villas  et  édifices  divers,  qui  constituent  l'un  des  plus beaux  palmarès  architecturals  de  France,  le  long  de  ces  belles  avenues  dégagées ou  ombragées, (rue du Maréchal Joffre entre autres),  dont  les  Niçois  sont  particulièrement  fiers.
Ces  belles  avenues  qui,  en  son  temps,  avaient  été  redessinées  suivant  les  désirs  de  Jean Médecin.

Il  existe  un  danger  qui,  apparemment, n'a  pas  été  pris  en  compte;  il  est  pourtant  bien  réel : qu'en est-il  du  risque d'attentat ?
Beaucoup  plus  qu'en  extérieur,  les  conséquences  à  l'intérieur  du  tunnel  seraient  désastreuses,  même  pour  un  simple accident;  Métro  Saint-Michel,  Tunnel  du  Mont-Blanc,  attentat  de Tokio et  de  nombreux  autres  
antécédents  l'ont  prouvé.
Il  serait  intéressant  d'examiner  le  dossier  de  consultation  du  projet  du  tram  et  prendre  connaissance  du  nom  des  personnes qui  ont  voté  en  faveur  du  tracé  souterrain  car,  en  cas  de  catastrophe,  au  même titre  que  Monsieur  Estrosi  lui-même, (qui a appuyé sa décision sur ces avis favorables),  
ces  personnes  seraient  responsables  du  nombre  des  victimes,  morts  et  blessés,  qui serait  sans  aucun  doute  très  élevé.
En  effet,  au  regard  de  la  fréquence  de  rotation  des  trams  et  vu  la  longueur  du  tunnel,  pas moins de  quatre  trains  au minimum, (deux dans chaque sens),  y circuleraient  en  même  temps  et  seraient  bondés  aux  "heures de pointe".

Bien  évidemment,  d’autres  questions  peuvent  se  poser  tel  le  risque  sismique  par  exemple,  même  s’il  paraît  pour  l’instant  minime  ou  bien  tout  simplement  l'éboulement  par  suite  de  glissement  de  terrain  provoqué  par  un  ravinement  dû à  l'infiltration  des  eaux de  pluie;  mais,  il  ne  faut  pas  se  leurrer,  Mr. Estrosi  a  certainement  les  réponses  toutes  préparées;  il  se  considère  presque  comme  "Dieu  le  Père",  François  Mitterrand  doit  se  retourner  dans  sa  tombe.


Pourtant  Mr. Estrosi  entend  bien  poursuivre,  pour  sa  gloriole  personnelle,  sa  mégalomanie  financière  au  détriment  des  Niçois.  (augmentation excessive et injustifiée des impôts locaux, entre autres).

C’est  si  facile  de  dépenser  l’argent  des  autres.

Ainsi,  il  veut  engager  des  millions d’euros  supplémentaires  pour  recouvrir  entièrement  le  Paillon  jusqu’au  carrefour  St Michel / Pasteur, créant ainsi une  prolongation  de  la  "Coulée  Verte",  (inutile de préciser son utilisation dans les quartiers Bon Voyage/Pasteur; ce sera vite devenu une zone de non-droit comme l'ont été en leur temps les jardins suspendus).

La  coulée existante  a  présenté,  surtout  au  début,  quelques  incidents,  voire  accidents,  (enfants légèrement blessés, jeux et installations à réparer ou remplacer, gazon à refaire périodiquement, etc...),  mais ces  incidents  sont  devenus  beaucoup  plus  rares  et  la  fréquentation  de  ce  parc  est  en  hausse  constante.
Un dernier point reste cependant à améliorer : dans la journée, il n’y a aucun banc à l’ombre, les  personnes  âgées  ou  les  mères  de  famille  surveillant  leurs  enfants  ne  peuvent  s’installer  confortablement.
Il  aurait  été  judicieux  d'installer  des  piliers  de  pierre  surmontés  d'une  tonnelle  en  fer  recouverte de vigne  vierge,  par exemple,  tel  que  cela  existait  au  jardin  Albert 1er,  (supprimés mais elles existent  toujours à la roseraie du monastère de Cimiez),  ainsi  l'ombre  propice  mais  indispensable  aurait  pu  être créée  à  moindres  frais.

Il  est  encore  temps  de  le  faire.

Il  n'est  pas  utile  de  budgétiser  sa  prolongation  dans  les  quartiers  concernés  car,  cette  réalisation  future  sanctionnerait  de  manière  très  négative  l'impact  positif  qui  s'est  révélé  depuis  l'été  2014. 

Mais  ce  n’est  pas  tout.

Monsieur  Estrosi  semblait  vouloir  brader  pour  quelques  75  millions  d’euros  le  site  du  stade  du  Ray  à  des  promoteurs  immobiliers  qui  auront  toutes  facultés  pour  en  faire  ce  qu’ils  veulent;  et  déjà  réapparaissait  la  menace  de  la  construction  d’une  mosquée  sur  ce  site  exceptionnel;  apparemment,  en  définitive,  cela  ne  se  fera  pas ...
Ces  75  millions  auraient  servi  à  rembourser  une  partie  de  la  dette  qui  s’élève  à  plus  de  400  millions  d’euros  et  plus  d’un  milliard  durant  sa  mandature  et  ce  n’est  pas  fini …

D’autres  actions,  peu  avantageuses  pour  le  contribuable  niçois,  sont  toujours  "dans  les  cartons"  de  la  Mairie.

Pour  sa  réélection,  Monsieur  Estrosi  avait  "ratissé  large".
Fort  de  l’investiture  UMP,  puis  des  Républicains, qui  lui  assurait  une certaine  représentativité  et  une  base  électorale  de  circonstance,  il  a  caressé  dans  le  sens  du  poil  les  différents  syndicats,  (emplois pléthoriques souvent non justifiés, salaires élevés, etc …).
Par  ailleurs,  il  a  fait  également  les  yeux  doux  à  un  électorat  de  la  Gauche  ultralibérale  favorable, entre  autres,  à  une implantation islamiste accrue, (nouvelle mosquée, favoritisme dans l'octroi de logements  sociaux, embauches préférentielles),  et,  avec  cette  histoire  de  "Coulée  Verte"  supplémentaire,  il  s’est  sans  doute  approprié  les  bonnes  grâces  des  Ecologistes.

De  tout  ceci,  il  ressort  que  Mr.  Estrosi  a  été  réélu;  les  Niçois  qui  ont  voté  pour  lui  s’apercevront  bientôt  de  leur  erreur.

Il  est  trop  tard  pour  dire :  " Si  j’avais  su … "

 
L'histoire  de  ce  tram   n'a  pas  fini  de  faire  couler  de  l'encre.

Son  tracé,  tel  qu’il  est  prévu  et   malgré  quelques  modifications  de  détail,  est  une  hérésie.

Imposer   des   gares   souterraines   et   passer   sous   les  voies  de  chemin  de  fer,  supprimer,  au  moins  en  partie,  le  jardin  Alsace-Lorraine,  couper  des  arbres  du  boulevard  Victor  Hugo,  etc…,  constitue  encore  l’une  des  plus  grosses  inepties  de  cette  municipalité  en  faisant  disparaître  ce  "poumon  vert"  du  centre-ville;  (souvenons-nous de la  disparition des platanes plus que centenaires de l’avenue Jean Médecin qui ont été remplacés par quelques… squelettes d’arbres et  il n'y a plus d'ombre sur l'artère principale de la ville de Nice).

Heureusement  que  le  projet  de  faire  passer  ce  tram  sur  la  Promenade  des  Anglais  a  été  abandonné,  cela  aurait  été  la  pire  catastrophe  esthétique,  environnementale  et  humaine,  anéantissant  irrémédiablement  ce  site  merveilleux  de  la  baie  des  Anges.

Rappelons  aussi  que  des  élus  locaux,  n’étant  pas  à  quelques  millions  d’euros  près,  avaient  proposé  de  transformer  cette  ligne  en  métro  aérien;  où  et  comment;  mystère !…
Autrement  dit,  on  remplacerait  les  bus  au  sol  par  des  cabines  suspendues …
Quid  des  millions  d’euros  à  budgétiser  en  supplément  et  du  nombre  de  passagers  transportés …
Quid  de  la  défiguration,  voire  du  saccage,  des  sites  concernés …
Mystère  aussi …

Qu'en  pense  le  contribuable  niçois ?

Devra-t-il  encore  restreindre  ses  dépenses  de  santé  ou  d’alimentation ?

"Pourquoi  faire  simple,  lorsque  l’on  peut  faire  compliqué !"

Et  pourtant, la  meilleure  solution  possible  pourrait  bien  être  celle  proposée  ci-après.

Prenant  en  considération  qu’il  conviendrait  d’annuler  ce  projet  et  revoir  le  tracé  de  ce  tram;  quelles  seraient  les  conséquences   alors   que   le   contrat  avec  Bouygues  a  été  signé  pour  le  percement  d’un  tunnel  de  près  de  4 km.  de  long.

Pourquoi  avoir  gaspillé  400  millions !

En  prévoyant  des  aiguillages,  dont  le  coût  sera  beaucoup  moins  élevé  que  la  construction  de  gares  souterraines  dont  le  prestige  aura  disparu  au  bout  de  quelques  années  d’utilisation,  ne  serait-ce  que  par  l’usure  du  temps.

Ce  futur  tracé  pourrait  très  bien  correspondre  aux  voies  de  circulation  actuelles  des  bus  mais  le  coût  des  travaux,  même  s’ils  s’étaient   enchaînés  tranche  par  tranche,  aurait  pu  s’étaler  sur  plusieurs  exercices  budgétaires.

La   première   partie   des   travaux   adapterait   au   rail   les   voies   de   bus   existantes;   en   comprenant  un  secteur  s’ étendant  du  carrefour  Ferber  jusqu’à  la  gare  de  Riquier  et  retour.
L’avenue  de  la  Californie  ne  présente  pas  de  difficultés  majeures :  les  deux  sens  de  circulation  peuvent  être  très  facilement  intégrés  de  Ferber  à  François  Grosso,  emprunté  sur  une  petite  partie.
Puis  les  lignes  se  séparent,  empruntant  principalement  les  voies  de  circulation  à  contre-sens  par  mesure  de  prudence,  (les  usagers voient arriver les trams).

Sens  ouest-est :  rues  Dante,  de  la  Buffa,  de  la  Liberté,  de  l’Hôtel  des  Postes,  boulevard  Carabacel,  (sur une  petite  partie),  rue  Barla,  place Max Barel,  boulevard  de  Riquier  et  la  Gare.

Sens  est-ouest :  Boulevard  Pierre Sola,  place  de  l'Armée du Rhin,  traverse  Jean Monnet,  avenue  Galliéni, avenue  Saint  Jean-Baptiste,  place  Jean Moulin,  boulevard  Carabacel,  (sur une petite partie),  rues  Pastorelli,  Joffre,  Bottero  et  boulevad  François  Grosso,  (sur une petite partie).

Création  des  aiguillages  pour  traverser  la  rue  de  la  République  et  l’avenue  Jean  Médecin.

La  deuxième  partie  des  travaux  concernant  le  tronçon  Ferber-Aéroport  demande  une  attention  particulière  au  cas où  le  tracé  devrait  passer  sous  les  voies  de  chemin de  fer.

La  troisième  partie,  (ligne  n° 4 ?),  sans  doute  plus  problématique,  constituera  en  une  déviation  de  Carabacel  jusqu'à  la  gare  de Nice-ville  et  jusqu'à  François  Grosso  et  retour  en  prévoyant  également  les  aiguillages  nécessaires  à  Carabacel, Thiers/Médecin  et  François Grosso.

Enfin,  la  dernière  partie  comprendra  les  infrastructures  techniques :  stations  d’arrivées  et  de  départs,  voire  intermédiaires,  contrôle  des  aiguillages  et  autres  bâtiments  techniques  nécessaires  éventuellement.

Même  en  tenant  compte  de  la  construction  de  ces  infrastructures,  le  montant  total  des  travaux  serait  moindre  par  rapport  au  coût  de  constructions  de  gares  souterraines  dont  la  plus  grande  partie  de  leur  financement  sera  absorbée  par  les  travaux  d’étanchéité  indispensables;   sans  compter  le  risque  sismique  ou  d'attentat  tel  qu'énoncé  précédemment.

Un  problème  important  est  apparu :  le  creusement  du  parking  souterrain  du  port  a  porté  atteinte  à  l’infrastructure  d’un  immeuble  et  l’on  ne  sait  pour  le  moment  s’il  faut  le  démolir  ou  le  consolider.

Dans  le  futur,  la  mise  en  service,  telle  que  Le  V.R.A.I.  la  propose,  de  cette  ligne  n° 2  très  importante  présentera  de  nombreux  avantages :

* Pas  d’atteinte  à  l’environnement  hormis,  et  seulement  pour  la  durée  des  travaux,  l’implantation  des  stations  et  bâtiments  techniques,  des  rails  et  aiguillages,

* Beaucoup  plus  de  personnes  transportées  par  rapport  aux  bus  actuels, 

* Suppression  des  bus  concernés,  donc  économies  importantes :  maintenance  des  véhicules,  nettoyage  et  entretien,  carburant,  assurances,  encombrements  de  circulation  et  accidents  éventuels,  mais  aussi  et  surtout,  diminution  de  la  pollution  grâce  au  retrait  de  ces  véhicules.

* Découverte  de  l'architecture  exceptionnelle  des  immeubles  niçois  avec  ces  façades  remarquables  sur  presque la  totalité  du  parcours,  surtout  en  centre-ville.

La  ligne  n° 1  a  prouvé  son  efficacité;   nul  doute  qu’il  en  sera  de  même  avec  la  ligne  n° 2  qui,  empruntant  un  parcours  intéressant,  incitera  les  citadins  à  l’utiliser  pour  se  rendre  en  centre-ville,  d’abord  épisodiquement  puis  de  plus  en  plus  régulièrement,  en  lieu  et  place  de  leur  voiture,  engendrant  ainsi  une  diminution  accrue  de  la  pollution  due  à  la  circulation  automobile.

HO   LU   NISSART   QUE   FES  ?

---oOo---

* Le  Marché  d'Intérêt  National  de  NICE *

Préambule :

Il  y  a  une  vingtaine  d’années,  suite  à  une  suggestion  en  ma  qualité  de  membre  permanent  du  Comité  Interprofessionnel  d'Hygiène  et  Sécurité  et  des  Conditions  de  Travail,  (C.I.H.S.-C.T.),  j’avais  proposé  que  le  M.I.N.  de  Rungis  devienne  le  "Marché  International  de  Paris-Rungis",  (M.I.P.R.),  compte-tenu  de  sa  vocation  internationale  en  ce  qui  concerne  l'acheminement  et  la  vente  de  produits  alimentaires  venant  de  toute  l'Europe,  (Espagne,  Italie,  Pologne,  etc …),  voire  du  Monde  entier,  (Brésil,  Australie  et  autres).

Cela  s’est  réalisé  sous  une  autre  appellation  plus  tard.

C’était  devenu  indispensable  car  l’avidité  des  Promoteurs  immobiliers  et  des  tensions  politiciennes  voulaient  déménager  le  M.I.N.  de  Rungis  à  Vatry,  près  de  Reims,  soit  à  quelques  150  km.  de  Paris. (Vatry est devenu depuis un aéroport international dédié principalement aux échanges commerciaux non alimentaires).

La  même  menace  pesait  sur  le  M.I.N.  de  Nice  car  la  mégalomanie  du  Maire  de  Nice  n’a  pas  de  limites;  mais  elle  s'est  concrétidée.
Il  a  voulu  transformer  ce  formidable  outil  de  la  production  alimentaire  et  horticole  régionale  en  un  pôle  d’attractions  touristiques :  palais  des  Congrès,  (il y en a déjà un),  gare  routière,  (complètement  excentrée par rapport aux besoins de la population),  et  offrir  ces  emplacements  à  diverses  services  et  grandes  entreprises  qui  pourraient  trouver  une  excellente  assise  plus  en  amont  dans  la  vallée  du  Var.

Malheureusement,  il  est  apparu  que  les  professionnels  actuels  présents  sur  le  site   étaient  plus  tentés  par  le  montant  des  indemnités  d'éviction  que  par  la  transmission  d'un  patrimoine  exceptionnel  et  unique  dans  la  région.
C'est  très  regrettable;  car  c'est  la  qualité  alimentaire  de  premier  ordre  qui  disparaît;  les  mareyeurs,  grossistes  et  autres  revendeurs  auraient  dû  y  réfléchir  très  sérieusement.

Pour  éviter  cela,  il  devenait  urgent  de  protéger  le  site  en  changeant  l’appellation  du  M.I.N.  de  Nice  qui  serait  devenu  le  Marché  International  de  Nice,  (le sigle reste le même : M.I.N.),  car,  comme  Rungis,  sa  vocation  internationale  existait  à  un  très  haut  niveau;  affirmée  par  une  très  bonne  infrastructure  routière  et  aéroportuaire  ainsi  qu’une  ligne  ferroviaire  dédiée  qu’il  convenait  d’améliorer  et  développer.

La  proximité  immédiate  de  l’aéroport  international  de  Nice,  et  éventuellement  du  port  commercial  et  du noeud  ferroviaire  de  Saint-Roch,  représentait  une  assurance  solide  des  échanges  alimentaires  mondiaux.

Le  Marché  International  de  Nice  était  le  deuxième  marché  en  gros  de  produits  frais  de  France  après  celui  de  Rungis.
Les  propositions  et  améliorations  suggérées,  et  éventuellement  réalisées,  en  auraient  fait  le  Deuxième  Marché  d’Europe,  (toujours après Rungis).

Si  cette  nouvelle  appellation  avait  été  entérinée,  le  M.I.N.  aurait  été  à  l'abri  de  cette  menace  de  délocalisation  à  La  Gaude,  quartier  de  La  Baronne,  car  une  telle  opération  politique  ne  pourrait  survenir  que  sur  décision  gouvernementale  et  non  dépendre  de  l’unique  volonté  d’un  seul  homme,  fusse-t-il  le  Maire.

Les  Professionnels  du  M.I.N.,  avec  l'aide  de  leurs  syndicats,  auraient  dû  provoquer  des  négociations  avec  la  Société  d'Economie  Mixte  du  Marché.
D’importantes  études  de  faisabilité  étaient  indispensables  dans  lesquelles  tous  les  acteurs  de  cette  filière  économique,  (Etat, Région, Actionnaires et Investisseurs, Professionnels, Chambre de commerce bien  évidemment, etc …),  étaient  concernés.

La  délocalisation  envisagée  ne  présente  aucun  intérêt  pour  l’approvisionnement  alimentaire  de  la  région  niçoise;  c’est  d’une  évidence  criante.

En  effet,  cette  délocalisation  sacrifie  encore  les  producteurs  installés  dans  cette  zone  et  quel   maraîcher  local  acceptera  d’amener  sa  production  sur  un  emplacement  aussi  éloigné  de  sa  clientèle ?
Il convient  de  se  souvenir  de  ceux  de  la  Plaine  du  Var  qui  ont  déjà  subi  de  graves  revers,  avec  les  multiples  installations  qui  se  sont  succédées  depuis  près  de  quarante  ans.

De  même,  quel  producteur  espagnol,  italien  ou  autre,  acceptera  de  subir  ses  surcoûts  d’acheminement  vers  un  endroit  mal  connu  des  opérationnels  non  locaux ?

Par  ailleurs,  les  embarras  de  circulation  dûs  à  la  traversée  de  la  zone  industrielle  de  Saint Laurent du Var  vont  très  rapidement  devenir  insurmontables  pour  les  grossistes  et  les  camionneurs;  c'est  à  terme  la  disparition  pure  et  simple  du  M.I.N.  qui  se  profile.

Seule  une  amélioration  du  M.I.N.  aurait  dû  être  envisagée;  elle  concernait  en  premier  lieu  son  extension;  la  place  existe,  la  volonté  politique  et  économique  beaucoup  moins,  d’autant  que  certains  bâtiments  devaient  être  réhabilités.
Ainsi,  il  convenait de  vérifier  l'état  des  bâtiments  existants  et  leur  rénovation  éventuelle  dont  le  coût  pouvait  être  l'objet  d'une  négociation  P.P.P.,  (Partenariat-Public-Privé),  et  créer  les  bâtiments  qui  sont  absents  pour  l'instant.
En  conséquence,  l'extension  du  M.I.N.  aurait  visé  la  présence  sur  le  site  de  tous  les  acteurs  de  la  filière  alimentaire,  à  savoir :  Fruits  et  Légumes,  (FEL),  Viandes,  Gibiers,  Volailles,  (VGV),  Fleurs  et  Productions  Horticoles,  (FPH), Beurres,  Oeufs,  Fromages,  (BOF),  Produits  Transformés,  d'Elite  et  Bio,  (PEB),  Producteurs  Locaux,  Produits  d'Importation  et  Européens,  (PIE),  etc ...

Mais  ce  nouveau  site  devait  aussi  répondre  à  une  demande  accrue  de  sécurité  alimentaire  et  de  gestion;  il  était  donc  indispensable  de  prévoir  l'amélioration  ou  l'extension  ou  la  création  des  services  concernés  :  Centre  Administratif,  Services  Vétérinaires,  Répression  des  Fraudes,  Police  et  Sécurité,  Pompiers,  Douanes,  (pour  le  contrôle  des  produits de  provenance  extracommunautaire),  etc ...

Tout  cela  aurait  pu  engendrer  des  créations  d'emplois  locaux  chez  toutes  les  parties  concernées :  producteurs,  revendeurs,  administrations  et  assimilés,  prestataires  de  services,  etc ...

Quoi  qu'il  en  soit,  même  dans  sa  conception  actuelle,  le  M.I.N.  de  Nice   présentait  un  intérêt  certain  économique,  social,  structurel  et  conjoncturel.
C'était  plus  de  350  entreprises,  toutes  professions  confondues,  qui  auraient  employé  environ  4000  personnes  auxquelles  se  seraient  ajoutés  les  quelques  5000  acheteurs  journaliers.
Outre  les  métiers  de  bouche  et  horticulteurs,  toutes  les  administrations  auraient  été  présentes  sur  le  marchésécurité,  surveillance   prophylactique, 
sanitaire, vétérinaire  et  autres,  ainsi  qu’une  foultitude  de  professions  annexes : restaurants,  stations-service,  banques  et  sociétés de  crédit, sociétés  d'intérim,  services  de  nettoiement,  voire  plateformes  logistiques,  etc …

Ainsi  le  futur  M.I.N.  aurait  représenté  l'activité  d'une  ville  de  10 000  résidents  qui  s’activaient  chaque  jour  de 3 h à 15 h.  sur  un  espace  de  23  ha.  pour  l'approvisionnement  alimentaire  de  plus  de  la  moitié  de  la  population  de  la  région  PACA.

Il  semble  que  le  Maire  de  Nice,  sans  doute  par  insuffisance  ou  manque  d'informations  fiables ,  n'était  pas  au  fait  de  la  complexité  du  fonctionnement  exact,  général  et  particulier,  du  M.I.N.  de  Nice.

Il  appartenait  aux  commerçants  et  administrations  présentes  sur  le  site  de  lui  faire connaître  cette  complexité  de  fonctionnement.

Tous  les  professionnels  auraient  dû  s'y  engager  et  défendre  ainsi  cet  exceptionnel  outil  de  travail  dans  ce  site  privilégié.

En  conclusion ,  Nice  a  perdu  un  pôle  commercial  exceptionnel  qu'il  convenait  de  défendre  contre  toute  attaque ,  quel  qu'en  était  le  motif.

DOMMAGE !

OH,  LU   NISSART   QUE   FES ?

---oOo---