VASTE RASSEMBLEMENT
Pour des
ACTIONS IMPRESCRIPTIBLES
2 rue Alexis Mossa 06000 NICE

---oOo---

* LES   RYTHMES   SCOLAIRES *

---oOo---

LE   SYSTEME   EDUCATIF   FRANçAIS

Depuis  Jules  Ferry,  l'école  est  obligatoire,  gratuite  et  laïque.

Au  cours  des  soixante  dernières  années,  le  système  éducatif  français  a  subi  environ  quarante  réformes  de  plus  ou  moins  grande  importance,  intéressant  à  chaque  fois  les  rythmes  scolaires  sans  succès.

Cependant,  quatre  modifications  marquantes,  entre  autres,  ont  changé  les  habitudes;  à  savoir :

A /  C'est  l'enseignement  qui  est  obligatoire  et  non  plus  l'école.

On  peut  le  regretter  tant  l’école  publique  est  aussi  l’école  de  la  vie  mais  certaines  circonstances  de  la  vie  actuelle,  (professionnelle, sociale, famille désagrégée, handicaps divers, politisation de l'enseignement, délinquence scolaire des enfants et ... des parents, etc ...),  changent  la  "donne".

En  conséquence,  les  parents  ont  le  choix  entre  l'enseignement  public,  privé  ou  celui  dispensé  par  un  ou  plusieurs  précepteurs.

B /  La  période  d'obligation  de  l'enseignement  a  été  prolongée  jusqu'à  l'âge  de  seize  ans,  au  lieu  de  quatorze  auparavant.

Ce  n’est  peut-être  pas  vraiment  négatif;  la  vie,  au  sens  général  du  terme,  a  changé  et  a  créé,  voire  imposé,  une  nouvelle  civilisation,  (invention de l’informatique, par exemple);  par  ailleurs,  les  connaissances  évoluent  et  l’enseignement  doit  les  prendre  en  compte;  d’où  un  accroissement  de  la  charge  de  travail  tant  pour  les  enseignants  que  pour  les  élèves.
Les  anciens  rythmes  scolaires,  (même si l’on avait maintenu le temps d’école jusqu’à 16 h.30 le samedi),  ne  pouvaient  plus  assurer  cette  augmentation  en  qualité  et  en  nombre  des  matières  enseignées.

C /  Le  collège  est  entré  de  plein  exercice  dans  le  premier  cycle  de  l'enseignement  secondaire  assurant  ainsi  l'enseignement  général  des  classes  de  6°, 5°, 4°  et  3°,  entraînant  de  fait  leur  suppression  dans  les  lycées.
C’est  un  changement  important  dans  le  déroulement  de  la  scolarité;  le  collège  enseignant  la  base  et  le  lycée,  le  renforcement  des  acquis,  le  perfectionnement  et  la  fin  de  l’enseignement  général.

D /  Les  classes  maternelles  ont  connu  un  essor  prodigieux  grâce  à  leur  généralisation.

Ce  qui  était  facultatif  dans  les  années  cinquante  est  presque  devenu  une…  "obligation  sociale"  parfaitement  intégrée  dans  la  vie  des Français.

LE  SYSTEME  ACTUEL :

En  observant  le  système  éducatif  français ,  la  scolarité  d' un  enfant  se  déroule  selon  les  étapes  suivantes .

1 /  Ecole  maternelle :

Elle  accueille  les  enfants  de  Deux  à  Cinq  ans.

C'est  le  premier  stade  de  l'éducation  hors  du  cercle  familial,  qui  est  fortement  conseillé  mais  non  obligatoire.

Elle  initie  l'enfant  à :
       -  l'éducation  du  langage,
       -  agir  et  s'exprimer,
       -  s'éveiller  à  la  vie,
       -  reconnaître  sa  sensibilité.

Le  point  négatif  est  que  cette  initiation  est  " nivelée  par  le  bas "  en  raison  de  la  présence  d'enfants  immigrés  trop  nombreux;  ce   "nivelage"  se  répercute  durant  tout  le  déroulement  de  la  vie  scolaire,  de  la  maternelle  jusqu'à  la  sortie  du  lycée.

Les éducatrices  maternelles  n'ont  plus  le  temps  de  travailler  efficacement  à  cet  éveil  de  la  connaissance  car  leur  disponibilité  est accaparée par  ces  enfants  étrangers  auxquels  il  faut  apporter  un  surcroît  d'attention  en  raison  d'une  culture  parentale  trop  différente  qui  nécessite  une  adaptation  de  la  manière  dont  cette  initiation  est  dispensée.

Il  en  est  de  même  pour  l'ensemble  des  enseignants  des  premier  et  second  degré.

2 /  Ecole  élémentaire :

Ces  établissements  accueillent  les  enfants  de  Six  à  Onze  ans.

C'est  à  ce  niveau  que  commence  l'enseignement  obligatoire.

Pendant  cette  première  partie  de  scolarité,  l'enfant  apprend  à :

       -  développer  la  maîtrise  de  sa  langue  maternelle,  orale  et  écrite,
       -  approfondir  ses  connaissances  de  cette  langue  par  la  Littérature,
       -  prendre  conscience  du  monde  par  l'Histoire  et  la  Géographie,
       -  s'assurer  physiquement  par  l'éducation  physique  et  sportive,  (E.P.S.).
       -  découvrir  l'informatique,
       -  s'initier  à  une  langue  étrangère.

3 /  Le  collège :

Il  accueille  les  enfants  de  Douze  à  Seize  ans.

C'est  la  première  étape  de  l'enseignement  secondaire.

Il  se  divise  en  trois  cycles.

a /  cycle  d'adaptation,  correspond  à  la  sixième;  son  rôle  est  de :

       -  consolider  les  acquits,
       -  initier  l'enfant  au  travail  personnel,
       -  enseigner  une  première  langue  étrangère.

b /  cycle  central,  correspond  aux  classes  de  cinquième  et  quatrième.

C'est  le  cycle  le  plus  important  de  l'enseignement  obligatoire,  il  organise  le  travail  du  collégien  en  incluant  les  points  suivants :

       -  savoirs  et  savoirs  faire,
       -  découverte  puis  initiation  à  la  physique  et  à  la  chimie,
       -  initiation  à  une  langue  ancienne,  (latin principalement et grec),
       -  renforcement  des  acquis  de  la  première  langue  étrangère
       -  initiation  éventuelle  à  une  deuxième  langue  étrangère.

c /  cycle  d' orientation,  correspond  à  la  troisième.

C'est  la  classe  de  fin  d'enseignement  obligatoire,  c'est  aussi  la  classe  du  devenir  du  collégien,  elle  prépare :

       -  aux  formations  générales,  technologiques  et  professionnelles,
       -  au  Brevet  élémentaire,
       -  au  choix  du  collégien  vers :
           -  le  lycée  d'enseignement  général,
           -  le  lycée  professionnel,
           -  la  première  année  du  C.A.P.

4 /  Le  lycée :

Il  comprend  deux  cycles  et  accueille  les  adolescents  au  sortir  du  collège  qui  ne  se  sont  pas  dirigés  vers  la  vie  active  immédiate.

a /  cycle  de  détermination,  correspond  à  la  seconde.

Il  est  très  important,  son  rôle  est  de :

       -  perfectionner  l'enseignement  général  et  proposer  de  nombreuses  options  complémentaires;  le  lycéen  est  tenu  d'en  choisir  une,
       -  préparer  aux  examens  spécifiques  de  technologie.  

b /  cycle  terminal,  correspond  aux  classes  de  première  et  de  terminale.

Outre  le  contrôle  des  connaissances  acquises,  son  rôle  primordial  est  de  préparer  les  lycéens  au  choix  des  spécialités  pour  l'examen  du  baccalauréat.

Baccalauréat  général  =  trois  séries :

       E.S. :     Economique  et  Sociale,
          L  :     Littéraire
          S  :     Scientifique

Baccalauréat  technologique  =  huit  catégories  spécialisées :

       Etudes  Sociales  et  Statistiques,  Sciences  de  la  Vie  et  de  la  Terre,  etc…

Le  Baccalauréat  est  le  premier  diplôme  de  l' enseignement  supérieur;  il  se  prépare  par  des  épreuves  anticipées  se  déroulant  entre  la  première  et  la  terminale.

Le  baccalauréat  général  est  la  clef  permettant  l'entrée  aux  universités.

La  voie  du  lycée  professionnel  est  choisie  par  tous  les  collégiens  optant  pour  une  formation  professionnelle  immédiate.

ET  ENSUITE 

L'enseignement  en  France  se  termine  avec  les  études  supérieures  dispensées  par  les  différentes  universités.

La  réussite  aux  examens  universitaires  ouvre  la  porte  aux  Grandes  Ecoles  qui  préparent  les  futurs  cadres  de  la  Nation :  Hauts  fonctionnaires  d'Etat,  Professorat  et  agrégation,  Professions  libérales,  Dirigeants  d'établissements  publics,  etc…

Réformer  l'Education,  vaste  programme

Beaucoup  de  ministres  se  sont  essayés  à  modifier  l'Education :  effectifs,  rythmes  scolaires,  contenus  de  l'enseignement  de  base,  etc…
Presque  tous  ont  échoué,  (sauf peut-être et avec circonspection Monsieur Edgar Faure).

Depuis  Mai  1968,  c’est  probablement  la  40°  réforme  qui  est  proposée.

Si,  pratiquement  aucune  n'a  emporté  l'adhésion  des  Français,  cela  provient  sans  doute  qu'à  chaque  fois  nos  dirigeants  s'attelaient  à  une  partie  du  problème :  horaires,  matières,  enseignants,  vacances,  etc…
Pourtant  tous  les  domaines  de  l'éducation  s'interpénètrent  très  intimement  et  une  décision,  peut-être  pas  toujours  assez  réfléchie ou  expérimentée,  peut  engendrer  un  mécontentement  par  son  incidence  sur  un,  ou  plusieurs,  autre(s)  élément(s).
Réformer  l'Education  est  une  entreprise  colossale  qui  devrait  mobiliser  à  plein  temps  l'énergie  des  collaborateurs  désignés  sur  environ  deux  années  de  travail,  avec  certainement  des  expérimentations  locales  afin  d'assurer  ensuite  une  application  qui  ne  souffrirait  d'aucune  grosse  incidence  négative.
Il  ne  suffirait  pas  de  traiter  par  des  mesures  accessoires  les  rythmes  scolaires;  c'est  l'ensemble  de  l'Education  nationale  qui  devrait  être  très  sérieusement  étudié,  repensé,  élaboré  de  manière  différente.
Les  rythmes  scolaires  influent  sur  les  élèves,  (entre autres sur le plan de leur santé physique),  et  les  parents  certes,  mais  aussi  sur  les  personnels  enseignants,  sur  l'enseignement  lui-même,  son  contenu,  ses  méthodes,  l'horaire  également  est  touché,  etc…

C' est  une  nouvelle  manière  de  penser,  traiter,  exercer  l'éducation  qui  devrait  apparaître  et  cela  sans  doute  de  la  Maternelle  jusqu'au  Baccalauréat  inclus  au  minimum.

Bien  d'autres  problèmes  apparaissent,  intéressant  les  structures  par  exemple,  (utilisation abusive des locaux scolaires pour des  activités non scolaires, voire privées),  les  personnels  de  service,  la  maintenance  et  l'entretien,  etc…

En  extrapolant,  on  peut  considérer  la  gêne  apportée  à  la  circulation  automobile;  le  danger  et  les  risques  d'accidents  aux  abords  des  établissements  car,  imprudemment,  les  parents  font  descendre,  de  leurs  véhicules,  les  enfants  du  côté  de  la  rue  parce  qu'ils  ne  veulent  pas  ou  ne  pensent  pas  à  régler  correctement  le  rétroviseur  intérieur  pour  avoir  dans  leur  champ  de  vision,  outre  la  lunette  arrière,  le  siège  arrière  droit.
Amener  en  voiture  les  écoliers  du  niveau  maternelle  ou  primaire  n'est  pas  l'idéal;  les  véhicules  particuliers  devraient  être  interdits  dans  un  rayon  minimum   de  cent  mètres  autour  de  ces  établissements  scolaires;  les  parents  et  les  enfants  pourraient  marcher  cent  mètres,  même  s'il  pleut;  les  enfants  de  maternelle  étant  amenés  par  leurs  mamans.

Si  l'on  revoit  par  le  détail  les  principaux  éléments,  il  devient  possible  de  les  regrouper  en  deux  grandes  sections :  les  structures et  les  personnels  et  l'enseignement.

Il  apparaît  alors  que  les  rythmes  scolaires  "s'invitent"  dans  chaque  groupe .

I .  Les  structures :

Ce  terme  réunit  deux  parties  comprenant  d'abord  l' aspect  physique :  les  bâtiments  et  tout  ce  qui  s' y  rattache,  les  matériels,  les  matériaux,  les  mobiliers,  la  fourniture  des  fluides,  (électricité, chauffage, eau),  l'entretien  et  la  maintenance,  la  sécurité-incendie,  etc…

La  deuxième  composante  est  l'aspect  immatériel :  l'administration,  plutôt  verticale,  la  carte  scolaire,  les  divisions  techniques  de  l'enseignement  dans  lesquelles  entrent  bien  évidemment  les  rythmes  scolaires,  (déjà)  et  la  sécurité  générale  des  personnes  par  exemple.

I . 1 .  Les  Bâtiments :

Il  n'y  a  pas  vraiment  besoin  de  nouvelles  créations;  les  établissements  scolaires,  bien  que  parfois  inégalement  répartis  en  France,  semblent  être  apparemment  en  nombre  suffisant  sauf  en  quelques  endroits  ruraux.

En  revanche,  une  adaptation,  une  mise  en  conformité,  une  adjonction  matérielle  et/ou  technique  apparaissent  bien  souvent  nécessaires,  sinon  indispensables.

Ainsi,  au  delà  du  nombre  de  classes  et  du  nombre  d'élèves  par  classe,  (ceci influant également sur les rythmes scolaires),  nombre  d'écoles  primaires  n'ont  toujours  pas  d'espace  réfectoire,  (à défaut d'un vrai service de restauration),  ni  de  lieu  d'initiation  sportive  digne  de  ce  nom.

Dans  le  premier  cas,  le  déjeuner  des  enfants  est  amené  par  des  véhicules;  des  tables  et  des  bancs  sont  installés  dans  les  préaux  et  enlevés  sitôt  le  repas  terminé.

En  d'autres  endroits,  les  enfants  se  rendent  dans  une  autre  école  pour  déjeuner,  (avec le risque latent d'accident de circulation).

Il  n'y  a  sûrement  pas  assez  de  cantines  avec  cuisines.

Un  effort  conséquent  devrait  être  réalisé  en  ce  domaine.

Pratiquement  tous  les  ans,  on  déplore  plusieurs  indisposition(s),  infection(s),  voire  un  véritable  empoisonnement  alimentaire  dans  des  écoles  maternelles  et  primaires  principalement  dû(s)  à  plusieurs  causes :  rupture  de  la  chaîne  du  froid,  produits  périmés,  aliments  mal  conservés,  mal  préparés,  mal  transportés,  etc …

La  même  problématique  se  situe  au  niveau  de  l' initiation  et  de  la  pratique  du  sport  ou  simplement  du  jeu,  de  la  détente  ou  de  la  création  artistique.

Il  est  un  moyen  de  pallier  progressivement  tous  ces  inconvénients  sans  budgétiser  des  sommes  astronomiques  :  il  s'agirait  de  réaménager,  au  profit  de  l'Education  nationale,  les  casernes  laissées  vacantes  par  l'Armée.
Il  ne  faut  pas  les  laisser  vendre  à  des  promoteurs  immobiliers,  certaines  ont  de  très  jolis  bâtiments,  résultat  d'une  architecture   élaborée,  témoin  d'un  temps  où  l'Armée  était  considérée  comme  une  composante  indispensable  de  la  Nation.

Salles  de  cours,  cantines  et  réfectoires,  vestiaires  et  casiers  individuels,  (très importants pour supprimer des cartables trop lourds),  infirmeries,  terrains  de  sport,  espaces  de  détente,  voire  piscines  parfois,  dortoirs  pour  internes,  (qui pourraient être réaménagés  en chambrées de quatre ou six lits par exemple avec les salles d'eaux adéquates),  etc…,  toutes  ces  installations  existent  et  leur  remise  en  état  ou  adaptation  ou  réaménagement  éventuel  serait  certainement  d'un  coût  moindre  que  les  créations  nécessaires.

Autre  avantage :  la  sécurité  des  personnels  et  des  élèves  serait  nettement  améliorée,  (tranquillisation des parents);  il  est  plus  difficile  pour  des  intrus,  quelquefois  armés  et  animés  de  mauvaises  intentions,  de  forcer  l'entrée  structurée  d'une  ex-caserne  ou  d'escalader  ses  murs  que  de  franchir  sans  contrôle,  dans  la  bousculade,  l'entrée  d'une  école  primaire  ouverte  sur  la  rue.

Le  nombre  de  classes  possibles  réalisables  en  ces  lieux  permettrait  de  regrouper  certaines  écoles,  parfois  trop  proches  les  unes  des  autres,  libérant  ainsi  des  locaux  qui  seraient  mis  en  vente  ou  en  location;  les  produits  de  ces  opérations  finançant  l'achat,  la  rénovation,  l'adaptation,  ou  le  réaménagement  d'autres  casernes  militaires.

Cette  pratique  de  regroupement  des  classes  et  d'abandon  de  locaux  souvent  inadaptés  ou  insuffisants  permettrait  également  de  nouvelles  créations  dans  les  lieux  où  le  manque  d'établissements  scolaires  se  fait  parfois  sentir.

A  l'heure  d'aujourd'hui,  chaque  établissement  scolaire  devrait  posséder  son  propre  service  de  restauration  ainsi  qu'un  espace  sport,  jeux  et  détente.

L'achat  et  le  réaménagement  des  casernes  laissées  par  l'Armée  favorise  aussi  le  réaménagement  utile,  sinon  indispensable,  au  niveau  secondaire,  (collèges et lycées),  voire  universitaire,  (regroupement de facultés),  donc  création  de  véritables  campus.

Il  est  un  autre  problème  qui  affecte  les  bâtiments.

Les  locaux  scolaires,  qu'ils  soient  du  premier  ou  du  second  degré,  doivent  rester…  scolaires  et  ne  devraient  pas  être  utilisés  à  des  fins  plus  ou  moins  associatives,  voire  privées.

Il  ne  peut  être  question  de  laisser  la  disposition  de  ces  locaux  à  des  jeunes  qui  veulent  "faire  de  la  musique",  pour  des  rassemblements  de  quartier  ou  des  fêtes  familiales,  (anniversaires par exemple),  au  bénéfice  d'associations  locales  plus  ou  moins  populaires  dont  les  membres,  parfois  excités,  salissent,  cassent,  dégradent  le  matériel,  (tables, chaises, voire toilettes, cela s'est vu),  ou  encore  pour  des  réunions  syndicales  et/ou  d'antennes  de  partis  politiques,  etc…
Ces  manifestations  inopportunes  ne  devraient  en  aucun  cas  se  dérouler  dans  des  locaux  scolaires.

Outre  le  risque  sanitaire,  ces  réunions  non  contrôlées  nécessitent  un  surcroît  de  travail,  nettoyage,  pas  toujours  très  efficace  d'ailleurs,  désinfection  plutôt  aléatoire  et  remise  en  état  des  locaux  et  matériels.

La  seule  exception,  prévue  légalement  et  profondément  ancrée  depuis  fort  longtemps  dans  la  tradition  républicaine,  consiste  en  la  tenue  des  bureaux  de  vote  lors  des  élections  publiques  nationales,  régionales  et  locales  de  la  France  mais  cela  n’affecte  en  général  que  les  préaux.

Tous  ces  groupes,  associations,  partis  politiques,  ont  la  possibilité  de  louer  des  salles  municipales  ou  privées,  (voire paroissiales  selon le cas),  de  planifier  leurs  réunions  dans  les  Maisons  des  associations,  le  cas  échéant,  pour  exercer  sans  problème  leurs  activités,  à  la  condition  que  des  directives  municipales  ne  réservent  ces  salles  qu’aux  personnes  ou  groupements  affichant  la  même  couleur  politique  que  celle  du  Maire  en  place.

Le  pluralisme  politique  doit  pouvoir  s’exercer  sereinement,  et  sans  restrictions  d’octroi,  dans  les  Maisons  des  associations.

I . 2 .  L' Administration :

C'est  dans  ce  paragraphe  qu'une  partie  du  problème  des  rythmes  scolaires  trouve  une  place  prépondérante.

Nonobstant  l'importance  des  autres  domaines,  ce  sujet  est  traité  au  niveau  primaire  particulièrement  car  c'est  dans  cette  division  de  l'enseignement  que  le  problème  se  pose  d'une  manière  très  sensible.

En  insérant  les  deux  possibilités  d'action  suivantes,  il  serait  possible  de  réduire  d'une  manière  très  importante  la  pression  des  rythmes  scolaires.

I . 2 . 1 /  L'année  scolaire  se  déroule  sur  une  période  de  42  semaines  environ  lorsque  l'on  a  retiré  les  deux  mois  de  vacances  d'été  et  les  quelques  15  jours  de  congés  pour  les  fêtes  de  Noël  et  de  Jour  de  l'An .

La  semaine  scolaire  de  cinq  jours  doit  être  maintenue.

Ces  42  semaines  pourraient  être  découpées  apparemment  en  cinq  cycles,  séparés  chacun  d'une  semaine  de  repos  avec  les  conditions  suivantes  :

a /  Cette  semaine  de  repos  ainsi  créée  serait  évidemment  incluse  dans  les  vacances  officielles  ( fin  d'année  et  été )  suivant  le  découpage  établi.

b /  les  jours  de  fêtes,  autres  que  la  période  de  fin  d' année,  (11 novembre, 1° mai, etc…),  ne  donneraient  lieu  à  repos  que  pour  leur  seule  journée,  (avec  pont  éventuellement),  mais  n'entraîneraient  plus  de  vacances  supplémentaires  par  rapport  à  ce  découpage.

Ainsi  et  tenant  compte  des  conditions  ci-dessus,  le  découpage  d'une  année  scolaire,  (du  début  septembre  au  30  juin  selon  les  dates  retenues  de  rentrée  scolaire  et  de  départ  en  vacances),  pourrait  être  le  suivant :

Septembre - Octobre :  huit  semaines  d'enseignement,  une  semaine  de  repos,

Novembre - Décembre  :  sept  semaines  d'enseignement  puis  vacances  de  Noël,

Janvier - Février  :  sept  semaines  d'enseignement,  une  semaine  de  repos,

Mars - Avril  :  huit  semaines  d'enseignement,  une  semaine  de  repos,

Mai - Juin  :  huit  semaines  d'enseignement  puis,  une  semaine  de  révision  ou  de  préparation  aux  examens  ou  de  contrôle  des  acquits  puis  vacances  d'été.

Ce  découpage  réduit  déjà  par  sa  régularité  bien  établie  une  grande  partie  des  effets  néfastes  de  la  pression  des  rythmes  scolaires.

I . 2 . 2 /  Dans  les  écoles  primaires,  les  rythmes  scolaires  sont  restés  inchangés  depuis  des  décennies,  malgré  quelques  modifications  de  détail,  et  sont  toujours  tributaires  de  l'horaire  de  base  classique  de  la  scolarité,  à  savoir :

8 h. 30 / 11 h. 30  et  13 h. 30 / 16  h. 30.

Ces  deux  périodes  sont  "coupées"  d'une  récréation  le  matin  et  l'après-midi  qui  a  été  portée  progressivement  à  plus  de  vingt  minutes,  (voire  une  demi-heure  chacune).

Par  ailleurs,  les  Instituteurs,  (et  Institutrices),  (pardon  "Professeurs  des  Ecoles",  quel  snobisme !),  enseignent  toutes  les  matières  dans  chaque  classe,  (depuis  le  Cours  Préparatoire,  (C.P.)  jusqu'au  Cours  Moyen  deuxième  année,  (C.M. 2),  (auparavant  jusqu'à  la  Classe  de  Fin  d'Etudes,  C.F.E.);  chaque  classe  correspondant  à  une  tranche  d'âge  des  élèves.

Pourquoi  ne  pas  créer,  au  niveau  primaire,  des  "heures  de  cours"  ainsi  que  cela  se  pratique  dans  les  lycées ?

Chaque  "heure  de  cours"  aurait  une  durée  de  50  à  55  mn.  environ  suivie  d'une  détente  de  5  à  10  mn. maximum permettant  de  rejoindre  le  cours  suivant.
Cette  "aération"  influerait  favorablement  sur  les  rythmes  scolaires  en  allégeant  de  manière  significative  leur  pression.
Rien  n'empêcherait  éventuellement  de  créer  la  poursuite  de  l'horaire  de  classes  jusqu' à  17  h. 30,  cette extension  allégeant  encore  la  pression  et  supprimant  pratiquement  la  peu  efficace  heure  d' études  qui  est  davantage  considérée  comme  une  garderie  qu'une  véritable  période  d'études.

Les  classes  deviendraient  spécialisées :  Français,  Maths,  Sciences  et  Vie  de  la  Terre,  Histoire  et  Géographie,  etc…
Les  aides  pédagogiques  et  accessoires  divers  à  l'éducation,  regroupés  par  matière,  et  donc  par  classe,  seraient  optimisés  quant  à  leur  utilisation  rendue  plus…  professionnelle  et  efficace.

Les  Enseignants  se  spécialiseraient  eux-mêmes  suivant  leur(s)  matière(s)  d'affinité,  justifiant  ainsi  leur  titre  de  professeur  des  écoles,  la  nouvelle  manière  de  travailler  ressemblant  sensiblement  à  celle  des  professeurs  du  "secondaire".

D’autre  part,  l'introduction  définitive  du  sport  à  l'école  allègerait  encore  la  pression  des  rythmes  scolaires.

Tout  cela  serait  rendu  possible  dans  les  "ex-casernes";  l'aménagement  des  autres  sites  s'effectuerait  progressivement  selon  les  possibilités  financières  et  matérielles.

Enfin,  cette  "aération"  de  dix minutes  des  élèves  et  enseignants  à  la  fin  de  chaque  période  de  cours  serait  certainement  très  bénéfique  aux  intéressés  sur  tous  les  plans;  d’abord  un  relâchement  nerveux  engendrant  par  la  suite  une  meilleure  concentration  favorisant  l'assimilation  de  l'enseignement  dispensé  pour  les  élèves  et  une  aisance  et  une  efficacité  accrue  pour  les  enseignants ;  cela  influerait  sans  doute  de  façon  bénéfique  pour  la  santé  des  intéressés.

Il  ne  semble  pas  que  ce  soit  irréalisable  et  cette  nouvelle  manière  de  dispenser  l'enseignement  préparerait  déjà  les  élèves  aux  rythmes  scolaires  qu'ils  vont  trouver  plus  tard  dès  leur  admission  au  niveau  secondaire.

II .  Les  personnels  et  l' enseignement:

Ce  chapitre  comprend  aussi  deux  parties :  d'une  part,  les  enseignants  et  l'enseignement,  d'autre  part,  les  personnels  administratifs;  et  dans  les  deux  cas,  des  réformes,  des  améliorations,  des  précisions  et  surtout  une  nouvelle  organisation,  semblent  devoir  être  étudiées  minutieusement .

II . 1 .  Les  Enseignants  et  l' Enseignement :

Un  certain  nombre  d'enseignants  sont  sujet  à  critiques  quant  à  leurs  méthodes  pour  dispenser  l'enseignement  minimum  requis,  leur  comportement  et  leur  manière  d'être  d'une  façon  générale.

Cette  observation  est  surtout  remarquée  au  niveau  des  écoles  primaires.

L'un  des  principaux  griefs  constatés  est  la  politisation  répandue  insidieusement  dans  l'esprit  des  enfants  de  huit  à  douze  ans  sous  prétexte  de  modernité  et  d'une  soi-disant  ouverture  sur  la  vie  réelle.
Depuis  longtemps  déjà,  les  enfants  scolarisés  sont  considérés  comme  le  vivier  électoral  d'une  Gauche  démagogique  et  peu  responsable  mais  la  politisation  de  l'école  s'aggrave  dangereusement  avec  des  pratiques  qui  perdurent  et  exercent  une  manipulation  psychologique  des  enfants.

A  titre  d'exemple,  il  paraît  pour  le  moins  surprenant  et  assurément  pas  souhaitable  que  des  écoliers  de  CM2  doivent,  dans  une  rédaction,  s'exprimer  sur  le  thème  "Dieu  est-il  un  homme  de  gauche ?";  c'est  pourtant  ce  qui  s'est  produit  dans  une  école  parisienne,  (il y a quelques années),  et  il  semblerait  que  cette  "déviation",  et  d’autres  du  même  genre,  se  soient  reproduites  depuis  et  sans  doute  dans  d’autres  établissements.
Il  semble  également  qu'apparaisse  une  autre  déviation  à  caractère  politique  de  l'enseignement  de  l'instruction  civique,  (remise  facultativement  au  programme  scolaire) :  morale  ambiguë,  commentaires  équivoques  sur  les  titres  de  presse,  etc…

Autre  exemple  assez  récent.

Un  peu  moins  en  Province  qu’en  Ile  de  France,  il  était  cependant  demandé  dans  beaucoup  d'écoles  primaires,  à  des  enfants  de  cette  même  catégorie  d'âge,  de  donner  leur  avis  sur  Monsieur  Sarkozy  avec  cette  question  qui  ressortait  assez  souvent :  "Le  Président  de  la  République  est-il  un  bon  Président ?".

Ce  qui  pourrait  paraître  anodin  pour  des  esprits  avertis,  l'est  beaucoup  moins  lorsque  ce  sont  des  enfants  qui  sont  concernés  tant  leur  vulnérabilité  est  grande.

Qu' en  est-il  également,  lorsque  sous  prétexte  d'éveil  artistique,  des  enseignants  font  effectuer  par  les  enfants  des  "sculptures  en  papier  mâché"  ou  des  scénettes,  soi-disant  théâtrales ,  ici  aussi  à  connotation  politique.

Pendant  ce  temps,  l'enseignement  de  base  est  négligée,  les  enfants  ne  savent  ni  compter,  ni  lire  et  écrire  correctement  le  français,  entre  autres,  et  se  retrouvent  en  quittant  l'école  primaire,  (pour  être  dirigés  vers  un  apprentissage  immédiat),  ou  à  l'entrée  du  niveau  secondaire  avec  les  énormes  carences  que  les  médias  généralistes  se  plaisent  à  souligner  à  l'occasion  des  différents  examens  scolaires;  ces  mêmes  carences,  parfois  aggravées,  se  retrouvent  également  dans  la  vie  profesionnelle.

Ces  carences  sont  telles  qu'aujourd'hui  de  grandes  sociétés  offrent  des  cours  de  langue  française  à  leurs  cadres  dont certains  ne  savent  pas  rédiger  un  rapport  de  dix  pages  sans  commettre  une  dizaine  de  fautes  d'orthographe,  de conjugaison,  de  syntaxe,  de  style, etc ...

Il  existe  un  autre  aspect  négatif  très  grave  au  niveau  des  généralités  de  l'enseignement.

Toujours  avec  une  consonance  politique  de  gauche  certaine,  il  semblerait  qu'une  volonté  sournoise  de  dénigrement  systématique  de  l'Histoire  de  France  s'établisse  au  niveau  des  enseignants  aussi  bien  du  niveau  primaire  que  secondaire,  conduisant  à  l'abandon  pur  et  simple  de  certaines  parties  du  programme  sous  prétexte  des  nombreux  morts  occasionnés  par  les  guerres.
Ainsi ,  avec  quelques  variantes,  toute  la  partie  s’étendant  de  Louis  XI  à  Louis  XVI  et  Napoléon  1°,  au  minimum,  serait  supprimée  et  remplacée  par  des  sujets  traitant  de  l'Islam.

Il  est  vrai  que  l’Islam  ne  tue  pas;  cela  peut  se  vérifier  tous  les  jours,  n’est-ce  pas !

L'Islam,  (et les autres religions),  ne  doivent  être  enseignées  qu'au  niveau  universitaire  et  certainement  pas  dans  les  écoles  primaires  françaises.

Les  enseignants  qui  se  rendent  coupables  de  ces  très  graves  fautes  professionnelles,  (car il est à espérer qu'elles soient  considérées telles),  devraient  être  immédiatement  licenciées  et  sans  indemnité  aucune.

La  religion  chrétienne,  à  l'extrême  limite,  pourrait  seulement  être  abordée,  sous  forme  d'initiation  ou  d'anecdotes,  par  le  biais  de  la  morale,  (instruction civique),  ou  par  l' étude  de  l' Histoire  de  France,  (l'exemple le plus célèbre :  Henri IV, roi protestant…).

Ne  vaudrait-il  pas  mieux  revenir  à  un  enseignement  de  l'Histoire  de  France  plus  orthodoxe  étudiant  plus  précisément  par  exemple  Vercingétorix,  le  Père  de  l'unification  de  la  Gaule,  cette  unification  qu'avait  essayé  de  maintenir  Clovis,  quatre  siècles  plus  tard,  ce  que  fera  encore  Charlemagne  quelques  300  ans  plus  tard,  lequel  consacrera  les  arts  et  la  culture  et  posera  les  bases  d'une  véritable  administration.

Notre  pays  est  un  beau  pays,  notre  Histoire  est  belle  et  il  est  regrettable  que  des  enseignants,  qui  n'en  sont  pas  en  réalité,  saccagent  impunément  ce  joyau  qu’est  notre  civilisation  et  notre…  identité  nationale.

L'enseignement  de  la  langue  française  est  donc  très  négligée.

Mais,  comme  il  faut  quand  même  respecter  le  programme  obligatoire,  nombre  de  ces  pseudo-enseignants  de  piètre  qualité,  pour  rattraper  le  temps  perdu  en  ces  digressions  coupables,  "rognent"  sur  le  temps  imparti  aux  matières  classiques,  (français,  maths, etc…).
Ils  "pressurent"  les  élèves  en  leur  imposant  des  parties  de  cours  trop  chargées  sur  ces  matières  principales,  leur  donnant  éventuellement  des  devoirs  et  des  leçons,  (parfaitement inutiles, sauf pour les révisions avant examen),  et  en  "sur-notant",  (bien  évidemment sans aucune justification ni contrôle),  les  élèves  qui  n'auraient  pas  tout  assimilé  afin  de  préserver  leur  tranquillité,  leur  confort  et  leur  soi-disant  qualité  professionnelle.
Cette  pratique  particulièrement  condamnable  est  sans  doute  la  principale  source  de  la  pression  des  rythmes  scolaires  sur  les  enfants.

Il  existe  bien  évidemment  d'autres  faits,  tout  aussi  répréhensibles,  qui  sont  peut-être  moins  visibles,  ils  réclament  néanmoins  une  vigilance  accrue  afin  qu’une  généralisation  néfaste  et  négative  ne  s'amplifie  pas  et  surtout  ne  se  perpétue  pas.

Enfin,  le  dernier  problème  concerne  les  enseignants  eux-mêmes.

Il  est  évident  qu’il  n'est  pas  normal  que  des  enseignants  soient  agressés  dans  l'école,  au  collège  ou  au  lycée.
Les  individus  qui  se  rendent  coupables  de  ce  genre  d’agressions,  quel  qu’en  soit  le  motif,  devraient  être  condamnés  très  sévèrement  par  la  Justice,  à  de  la  prison  ferme,  (si les faits l'exigent),  mais  surtout  à  de  très  fortes  amendes,  tant  il  est  vrai  que  lorsque  des  individus  sont  "touchés"  au  portefeuille,  ils  réfléchissent  à  deux  fois  avant  de  commettre  leurs  imbécilités.

Mais  cet  état  de  fait  est  la  faute  des  enseignants  eux-mêmes.

Au  nom  de  quelle  démagogie  snobinarde,  ont-ils  voulu  perdre  le  respect  qui  leur  est  dû ?

Un  Instituteur  était  une  personnalité  reconnue  dans  la  commune;  c’était  le  Maître,  il  portait  une  blouse  et  on  l'appelait  "Monsieur  l'Instituteur,  (ou Maître ou Monsieur en classe, ou Madame ou Maîtresse, le cas échéant si c'était une institutrice).

Il  ne  se  laissait  pas  tutoyer  et  jamais  personne  n'aurait  osé  l'apostropher  en  termes  vulgaires  du  genre :  "Oh  Antoine,  on  fout  rien  aujourd'hui  et  tu  fermes  ta  gueule";  sans  parler  de  la  tenue  et  du  comportement  de  certains  élèves.

Qu'en  est-il  aujourd'hui  du…  "Professeur  des  écoles" ?                Hi,  Hi,  Hi…

Eh  oui,  il  y  a  de  quoi  rire  si  ce  n'était  bête  à  pleurer.

Sous  prétexte  de  modernité  et  d'un  certain  copinage,  les  enseignants  ont  perdu  le  respect  de  leurs  élèves  en  perdant  eux-mêmes  le  leur.
Pourquoi  se  présentent-ils  en  classe  avec  un  comportement  négligé :  mal  rasé,  cheveux  en  broussaille,  portant  quelquefois  un  jean  déchiré,  présentant  une  allure  plus  ou  moins  sale,  sans  même  saluer  le  Directeur  ou  le  Proviseur,  ou  même  les  parents  le  cas  échéant;  ("je les emmerde - ce sont des connards - rien à  foutre - on n'est pas esclave"…),  sont  le  genre  de  réflexions,  parmi  d'autres,  entendues  par  les  parents.

Il  y  aurait  beaucoup  à  dire  encore  sur  le  sujet  mais  la  démonstration  est  faite;  qu’en  est-il  de  la  valeur  de  l’exemple ?

Est-ce  que  les  enseignants  sauront  et  voudront  réagir  dans  le  bon  sens ?

Rien  n' est  moins  sûr,  sauf  à  imposer  un  recadrage  précis,  que  cela  leur  plaise  ou  non.

Il  ne  faut  pas  hésiter  à  licencier  pour  faute  grave  ou  lourde,  selon  le  cas,  les  enseignants  qui  ne  voudrait  pas  respecter  et  se  conformer  aux  traditions  et  à  la  civilisation  française.

L’enseignement  n’est  pas  une  planque  assurant  confortablement  leur  existence  mais  un  sacerdoce;  lorsque  tous  les  enseignants  auront  compris  cela,  l’Education  redeviendra  la  "fonction-reine"  en  France.

D’autres  enseignants,  qu’ils  soient  du  niveau  primaire  ou  secondaire,  ne  sont  pas  concernés  par  ces  griefs.

Ces  messieurs-dames,  coupables  de  ces  débordements,  (quoiqu'il s'agisse principalement d'hommes),  qui  travaillent  en  réalité  tout  au  plus  sept  mois  par  an,  en  tenant  compte  des  mercredis,  des  réunions  pédagogiques,  des  grèves  et  autres  absences  diverses  de  confort :  maladies  de  circonstance  par  exemple,  ils  sont  pourtant  payés  douze…

Ils  devraient  faire  preuve  de  plus  de  conscience  professionnelle,  (si toutefois, ils en ont une),  et  être  fiers  de  se  voir  confier  l'une  des  tâches  les  plus  nobles,  les  plus  remarquables  et  exaltantes  qui  soient :

* L'instruction  des  enfants *

II . 2 .  Les  personnels  administratifs :

Tous  les  personnels ,  enseignants  et  personnels  administratifs ,  sont  soumis  à  la  hiérarchie  du  Rectorat .
De  très  nombreuses  personnes,  relevant  de  cet  échelon,  considèrent  cet  établissement  comme  le  "ventre  mou"  de  l'Education  nationale  avec  un  effectif  humain  carrément  pléthorique  et  peu  compétent.

Il  semblerait  que  son  organisation  soit  extrêmement  complexe,  trop  complexe,  pour  être  pleinement  efficace.

Il  y  aurait  certainement  avantage  à  regrouper,  fusionner,  voire  supprimer,  quelques-unes  de  ces  directions,  divisions,  délégations,  missions,  cellules,  et  autres  bureaux…
Il  est  aisé  de  constater  que  cette  multitude  de  services  nuit  probablement  à  une  pleine  efficacité  par  le  fait  même  de  leur  nombre  et  parce  que  les  chefs  de  chacun  d'eux  se  complaisent  à  protéger  leurs  prérogatives  partielles  au  détriment  d'une  coopération  inter  services.

Par  ailleurs,  leur  emploi,  certainement  très  bien  payé,  et  faisant  parfois  "doublon",  voire  "triplon",  serait  éventuellement  en  jeu.

Au  delà  de  cette  multitude  de  services  et  plus  que  les  responsables  eux-mêmes,  ce  sont  souvent  de  simples  employés  qui,  au  cours  de  leur  travail  d'exécution  ou  de  gestion,  se  permettent  et  imposent  aux  personnels  extérieurs  des  mesures,  conditions,  restrictions,  etc…  engendrant  ainsi  nombre  de  problèmes  nuisant  à  une  saine  organisation  générale  du  travail  administratif  ou  de  l'enseignement  dans  les  établissements  scolaires.

C' est  au  niveau  de  ces  "inutiles"  que  le  bât  blesse.

Combien  de  "planqués"  sont  néfastes  au  bon  fonctionnement  des  services ?

Combien  de  "petits  chefs",  simples  agents,  se  plaisent  à  faire  surgir  toutes  sortes  de  difficultés  uniquement  dans  le  seul  but  de  se  "mettre  en  valeur" ?
Toutes  ces  personnes,  généralement  fainéantes,  plus  ou  moins  syndiquées  ou  syndicalistes,  nuisibles  à  un  titre  ou  un  autre,  se  permettent  même  d' évoquer  une  influence  quelconque  pour  contrecarrer  souvent  l'éventuelle  volonté  de  bien  faire  des  personnels  "sur  le  terrain".

Ils  augmentent  dans  une  proportion,  considérée  à  tort  négligeable,  le  phénomène  de  pression  des  rythmes  scolaires  par  le  stress  provoqué  chez  les  enseignants  notamment.

Cette  pratique  pernicieuse  est  encore  plus  répandue  à  l'encontre  des  personnels  de  service,  lesquels  n'ont  heureusement  aucune  emprise  sur  les  rythmes  scolaires.

Comme  toujours,  certains  de  ces  personnels  d'exécution  se  révèlent  être  des  agents  capables  à  leur  niveau  de  compétence;  malheureusement,  le  recrutement  depuis  plus  de  trente  ans  laisse  beaucoup  à  désirer.

La  plus  grande  faute  a  été  d'engager  des  gens  sans  aucune  formation  intellectuelle,  considérant  que  pour  le  travail  qu'ils  avaient  à  effectuer,  il  n'était  pas  nécessaire  de  posséder  un  niveau  d'études  minimum.

Il  est  pourtant  communément  admis  qu'un  minimum  d'éducation  éclaire  la  conscience  et  l'esprit  et  permet  une  autre  approche  de  la  vie  sociale  et  professionnelle.

On   s'aperçoit   aujourd'hui   que   ces   gens,   incapables   d'assurer   leur   tâche,   fainéants   chroniques,   sont   hyper-protégés   par   des   syndicats   pour   lesquels  ils   étaient   une   proie   facile,  leur  permettant  de  s'assurer  à  bon  compte  une  relative  représentativité.
Ces  agents  de  service  ne  pensent  qu'à  éviter  soigneusement  le  travail  pour  lequel  ils  sont  payés  et  profiter  au  maximum  du  statut  privilégié  qui  est  le  leur,  (absences intempestives, travail d'entretien mal ou pas du tout effectué ou bien ils se cachent pendant  des journées entières dans les pièces de service pour ceux d'entre eux qui sont affectés dans les écoles ou autres services publics, etc…).

Ainsi,  il  est  possible  de  constater,  (et cela est valable dans chaque service de chaque administration),  que  30 %  environ  des  effectifs  sont  à  licencier  et  remplacer  par  des  personnes  honnêtes  et  conscientes  de  leurs  devoirs,  qui  ont  vraiment  envie  de  travailler  parce  qu'elles  en  ont  besoin.

Conclusion

Ainsi  qu'il  en  a  été  annoncé  au  début  de  cet  exposé,  les  rythmes  scolaires  ne  sont  qu'une  partie  des  problèmes  intéressant  l'Education  nationale  qui  devrait  bénéficier  d' une  réforme  profonde  touchant  tous  ses  aspects  et  paramètres.

Tout  cela  réclame  des  études  annexes;  tels  le  contenu  et  le  découpage  horaire  des  matières,  (réintroduction de l’étude des  grands classiques grecs);  l'introduction  définitive  de  la  morale  et  du  sport  à  l'école,  (le matin piscine et sport l'après-midi, par  exemple),  qui  nécessite  une  place  dans  la  nouvelle  grille  horaire  qui  serait  retenue.

Il  n'a  pas  été  abordé  les  difficultés  spécifiques  des  niveaux  secondaire  et  universitaire,  la  pression  des  rythmes  scolaires  étant  surtout  sensible  au  niveau  des  écoles  primaires .

En  France,  l'enseignement  des  enfants  évolue  parallèlement  avec  l'évolution  de  la  Société  dans  toutes  ses  composantes,  économique,  sociale,  professionnelle,  familiale,  etc…

Il  est  pris  en  compte  également  l'évolution  internationale  à  travers  la  mondialisation,  la  géopolitique,  l'industrialisation  et  d'autres  incidences  influant  sur  la  vie  quotidienne  telles  que  la  prise  de  conscience  par  le  monde  des  changements  climatiques  ou  la  pénurie  à  moyen  terme  des  ressources  naturelles  et  énergétiques.

Cette  évolution  provoque  une  pression  sur  les  enseignants  et  les  enfants  engendrant  la  même  pression  sur  les  rythmes  scolaires  qui  appellent  à  leur  profonde  modification.

Les  propositions  mentionnées  présentent  l'avantage  d'être  facilement  applicables  et,  pour  certaines  d'entre  elles, exploitables  dans  la  mesure  où  le  financement  peut  suivre.

Nul  doute  que  l'avenir  exigera  d'autres  méthodes  d'enseignement  en  adéquation  avec  la  vie  actuelle,  (la grille horaire mentionnée  pour le primaire pourrait être certainement très utile),  mais  il  ne  faudra  pas  renoncer  pour  autant  à  l'Histoire  de  notre  civilisation  qui  représente  la  traçabilité  humaine  depuis  l'origine  de  notre  grand  pays :  la  France.

IL   EST   TEMPS   DE   PARLER   V.R.A.I.

---oOo---