VASTE  RASSEMBLEMENT
pour  des  ACTIONS  IMPRESCRIPTIBLES
2 rue Alexis Mossa 06000 NICE
---oOo---
http://www.levrai.net


PROGRAMME NIÇOIS

 OH   LES   NIÇOIS !

OÙ  ÊTES-VOUS ?...   QUE   FAITES-VOUS ?...

ALLEZ-VOUS   TOUJOURS
LAISSER   VIDER   VOS   POCHES   SANS   REAGIR ?

QUE   PROPOSEZ-VOUS ?

 LE   "V.R.A.I."   VOUS   ATTEND !

REJOINGNEZ-NOUS;   

 VOTRE   VOIX   SERA   ENTENDUE .


 * NISSA   LA   BELLA *

---oOo---

Nice  est  sans  conteste  l’une  des  plus  belles  villes  du  Monde.

Nichée  douillettement  entre  les  Alpilles  naissantes  et  le  massif  de  l’Estérel,  elle  jouit  d’un  microclimat  exceptionnel  qui  a  créé  cette  douceur  de  vivre  unanimement  appréciée  depuis  des  lustres.

Il  est  très  rare,  en  hiver,  que  les  températures  deviennent  négatives  à  Nice  et  la  chaleur  de  l’été,  tempérée  par  la  brise  marine,  est  agréablement  supportable.

Les  montagnes  baignent  leurs  pieds  dans  la  mer  et  les  vacanciers  d’hiver,  pas  trop  frileux,  peuvent  très  bien,  dans  la  même  journée,  faire  du  ski  le  matin  à  Peïra-Cava,  (à  moins  de  30  km.),  et  se  baigner  l’après-midi  sur  l’une  des  nombreuses  plages  niçoises,  (la  température  de  l’eau  descend  rarement  en  dessous  de  16°).

Dès  son  arrivée,  le  visiteur  est  rapidement  conquis  par  la  beauté  naturelle  des  sites.

A  la  fois  majestueuse  et  coquette,  Nice  aime  se  faire  admirer  et  n’hésite  pas  à  dévoiler  ses  charmes  pour  qui  sait  l’aimer.

Cette  magnifique  avenue  qui  borde  la  Grande  Bleue  n’est-elle  pas  un  aperçu  de  Paradis !

La  courbe  parfaite  de  cette  anse  argentée,  ceinturant  une  mer  d’or  qui  rutile  sous  le  soleil  levant,  ne  se  nomme-t-elle  pas  la  Baie  des  Anges !

Les  plus  grands  artistes,  chacun  avec  leur  talent,  (peintres,  musiciens,  romanciers,  etc…),  ont  traduit  l’admiration  qu’ils  éprouvaient  pour  cet  "Eden  sur  terre".

Alors,  il  fallait  protéger  et  mettre  en  valeur  ce  trésor;  les  Niçois  l’ont  bien  compris  et  les  Ediles  locaux,  tous  Niçois  d’origine,  ont  chacun  voulu  apporter  leur  obole  à  cet  objectif  en  embellissant  et  modernisant  la  cité  sans  attenter  à  son  âme.

Les  XVIII°,   XIX°  siècles  et  la  première  moitié  du  XX°  siècle  ont  vu  fleurir  de  grandioses  réalisations  architecturales  et  des  jardins  somptueux,  y  compris  la  Promenade  des  Anglais,  fleuron  de  la  ville,  connue  dans  le  monde  entier.

Cependant,  depuis  quelques  temps,  cet  apostolat  semble  laisser  place  à  un  engagement  plus  intéressé  où la  politique  politicienne,  le  sentiment  personnel  et  la  recherche  d’une  gloriole  éphémère  paraissent  primer.

Certes  de  belles  réalisations  sont  apparues  mais  aussi  quelques  erreurs  qui  ont  coûté,  coûtent  et  coûteront  très  cher  aux  concitoyens.







Nice  gère  une  masse  monétaire  très  importante,  (plus de 700 millions d’euros), et  quelquefois  la  tentation  est  très  forte.

Des  dépenses  somptuaires  d’infrastructures,  et  parfois  peu  bénéfiques  pour  l’ensemble  de  la  population,  sont  engagées,  engendrant  un  endettement  inutile  sur  de  longues  années, voire  des  décénies,  (le stade Allianz-Riviéra).

Les  pages  qui  suivent  relèvent  quelques-unes  de  ces  erreurs  et,  lorsque  c’est  encore  possible,  les  remèdes  à  prescrire  pour  atténuer  leurs  conséquences  néfastes.

Cependant,  tout  n’est  pas  inopportun  à  Nice  et,  sur  le  plan  culturel  et  sportif  notamment,  de  belles  animations  et  festivités  se  sont  déroulées  entraînant  une  complète  adhésion  du  public  niçois.

Les  Carnavals  2013  et  2014  ont  connu  un  engouement  remarqué,  cela  n'était  plus  arrivé  depuis  longtemps;  la  cause  principale  était  sans  doute,  ces  cinq  ou  six  dernières  années,  l’intrusion  excessive  d’un  "snobisme  politique"  peu  apprécié  dans  cette  festivité.

La  même  considération  concerne  également  les  batailles  de  fleurs;  (d'ailleurs, certaines ont été supprimées).

Le  Tour  de  France  2013  a  été  une  réussite  exceptionnelle  qui  a  ravi  Niçois  et  touristes,  offrant  un  spectacle  de  très  grande  tenue  que  le  côté  populaire  de  cette  manifestation  n’a  pas  entaché  autant  de  débordements  que  l’on  aurait  pu  craindre  éventuellement.

Il  faut  noter  que  le  Tour  de  France  ne  s’était  plus  arrêté  à  Nice  depuis…  le  siècle  dernier.

Une  autre  réalisation,  de  moindre  envergure  certes  mais  particulièrement  bénéfique  pour  la  jeunesse,  est  la  création  du  "Park-Skate"  dans  un  environnement  protégé,  ouvert  à  l’ensemble  des  disciplines  concernées.

Nice  a  encore  de  grands  atouts  à  faire  valoir  et  peut  se  passer  de  réalisations  de  prestige  trop  coûteuses.

 OH   LU   NISSART   QUE   FES ?

* LA   VIE   A   NICE *

Nice,  ville  de  vieux,  ville  de  retraités...
Nice,  ville  de  millionnaires...
Nice,  ceci...  Nice,  cela...  etc...
Tous  ces  clichés  ne  sont  que  l’expression  d’un  comportement  imbécile : 
dénigrement,  jalousie,  ignorance...

Capitale  de  la  Côte  d’Azur,  (et  la  Côte  d’Azur  s’étend  de  Hyères  à  Menton  et  non  jusqu’à  Marseille,  ni  même  Toulon  comme  aiment  le  prétendre  beaucoup  de  Varois  et  de  Marseillais),  Nice  est  la  5°  ville  de  France  en  nombre  d'habitants  mais  gère  une  population  fluctuante  de  près  de  deux  millions  de  personnes.

Deuxième  capacité  hôtelière  de  France  après  Paris,  chaque  année  plus  de  4  millions  de  touristes  viennent  chercher  un  peu  de  cette  douceur  de  vivre  que  Nice  peut  offrir.

Nice,  ville  de  retraités !
28 %  environ  de  la  population  ont  plus  de  60  ans,  (24 %  en  moyenne  au  plan  national),  donc  le  terme  de  ville  de  retraités  est  très  relatif.
22 %  ont  moins  de  20  ans,
60 %  sont  en  activité  car  il  y  a  des  vieux  et  des  jeunes  qui  travaillent,  commerce  et  artisanat  notamment.

Il  est  vrai  que,  question  climat,  il  vaut  mieux  vivre  sa  retraite  à  Nice  plutôt  qu’à  Brest,  Lille  ou  Strasbourg...

Nice,  ville  de  millionnaires !
Il  ne  suffit  pas  de  regarder  la  clientèle  des  palaces.
A  7 h.  du  matin,  les  trains  régionaux  sont  bondés,  la  circulation  automobile  est  pratiquement  bloquée  pendant  de  longs  moments,  les  rames  du  Tram  se  succèdent  toutes  les  deux  ou  trois  minutes...  et  toutes  ces  personnes  ne  sont  pas  millionnaires,  loin  s’en  faut.

Nice  est  une  ville  active,  dynamique  mais,  marque  de  l’époque,  «Peut  mieux  faire...»

Le  premier  élément  de  surprise  pour  le  «non-Niçois  qui  débarque»  est  une  animation  nettement  insuffisante  de  la  ville  alors  que  tout  se  prête  à  une  vie  beaucoup  plus  animée : situation,  climat,  infrastructures,  etc ...

Sans  citer  le  Londonien,  le  Bruxellois  ou  le  Berlinois,  le  Parisien  est  particulièrement  étonné  de  trouver  porte  close  dès  12 h.  chez  la  plupart  des  commerçants  et  ce  jusqu’à  14 h.,  voire  plus,  alors  que  le  soir,  (c’est  surtout  vrai  en  hiver),  dès  19 h.  ou  20 h.,  tout  est  fermé  et  les  rues  sont  pratiquement  désertes.

La  cause  principale  dénoncée  par  les  Niçoises  et  les  Niçois  est  l'insécurité  latente  dont  sont  souvent  victimes  les  séniors  et  les  touristes  mais  aussi  l'absence  de  création  ou  de  continuation  d'évènements  culturels  en  soirée;  il  est  vrai  que  le  prix  des  places  est  souvent  rébarbatif..

La  ville  paraît  triste  et  semble  avoir  perdu  son  âme  qui  en  faisait  tout  le  charme  dans  les  années  50/60.

 

Il  n’est  pas  utile  de  dépenser  des  millions  d’euros  pour  relancer  des  animations  ponctuelles  telles  que  des  concours  de  vitrines  ou  des  défilés  folkloriques  ou  à  thème  par  exemple.

Prolonger  la  durée  de  certaines  manifestations  lorsque  c’est  possible  et  offrir  davantage  de  places  et  à  un  tarif  moins  élevé  lors  de  festivités  officielles  culturelles  ou  sportives,  foires,  festivals  divers,  expositions,  concerts,  animations  de  rue,  carnavals,  batailles  de  fleurs,  relancer  une  foire-attractions  d’hiver  beaucoup  plus  conséquente,    ainsi  que  toutes  les  manifestations  de  plein  air  qui  peuvent  être  créées,  (fêtes de quartier par exemple).

Prolonger  les  meetings  hippiques  d'hiver  et  d'été  à  Cagnes  sur  mer,  voire  créer  l'inscription  de  cet  hippodrome sur toute  l'année  avec  installation  permanente  du  P.M.U.,  (Pari Mutuel Urbain),  le  site  s'y  prête admirablement : climat,  structures,  festivités  annexes,  création  d'une  bourse  équestre,  etc ... 
Tout  cela  rapporterait  des  devises  à  la  ville  de  Nice,  (gestionnaire)  et  de  Cagnes  aussi,  (retombées économiques).

Durant  l’été,  recréer  un  concours  d’élégance  automobile,  le  grand  prix  cycliste  de  Nice,   ainsi  que  le  concours  hippique  au  Château  ou  au  Mont Boron,  relancer  et  rendre  plus  nombreuses,  à  coût  moins  élevé  qu'actuellement,  les  animations  de  plages :  défilés  de  maillots  de  bains,  soirées-dîners  à  thème,  voire  avec  spectacle,  karaoké,  démonstrations  de  sauvetage,  (impact  positif  sur  les  baigneurs),  etc...

Multiplier  les  visites  de  patrimoine  et  touristiques,  de  jour  comme  en  soirée,  avec  guide  ou  commentées,  (pas  des  commentaires  fantaisistes  mais  basées  sur  la  réalité  et/ou  l'Histoire).

Bien  des  activités  peuvent  être  créées  pour  rendre  à  la  ville  sa  joie  de  vivre.

Deuxième  sujet  d’étonnement  qui  choque  le  visiteur  ou  le  touriste :  l’indiscipline  caractérisée  des  usagers  de  la  route.

D’une  manière  générale,  beaucoup  de  gens  roulent  trop  vite  en  ville;  camions,  bus,  autos,  motos,  les  «vélos  bleus  et  autres  deux  roues»,  même  à  moteur,  roulent  dans  les  zones  piétonnes  ou  à  contre-sens  et/ou  sur  les  trottoirs  sans  aucun  respect  pour  les  piétons;   des  mères  de  familles  avec  poussettes  sont  obligées  de s'écarter  pour  laisser  passer  ces  contrevenants.

Deux  axes  particulièrement  fréquentés  sont  le  théâtre  de  ces  débordements,   l'avenue  Jean  Medecin  et  le  boulevard  Gambetta,  surtout  dans  sa  partie  basse,  entre   l'avenue  Thiers  et  la  mer.
Il  suffirait  que  quelques  policiers  dressent  des  procès-verbaux  pendant  quelques  semaines  pour  faire  cesser  ces  infractions  dangereuses.

Troisième  sujet  choquant  pour  le  citoyen  de  passage  même  si  les  habitants  s’en  accommodent :  la  ville  est  sale  en  certains  endroits.

De  nombreux  détritus  divers  jonchent  le  sol  dans  certaines  rues  et  de  nombreux  jardins  publics :  papiers  gras,  kleenex,  tas  de  mégots,  restes  de  casse-croute,  canettes  de  boissons,  (verre  ou  métal),  et  surtout  de  nombreuses  crottes  de  chiens  trainent  un  peu  partout  en  dehors  mais  aussi  aux  abords  des  grands  axes  qui  pourtant    bénéficient  d’un  nettoyage  régulier.
Heureusement  que  les  services de  nettoyage  travaillent  car,  au  vu  de  ces  incivilités  en  constante  augmentation,  la  situation  pourrait  être  pire.

Si,  malgré  ces  quelques  défauts,  Nice  est  une  ville  où  il  fait  bon  vivre,  Nice  est  aussi  une  ville  endettée. 

Nice  gère  une  masse  monétaire  importante,  (700 millions d’euros),  qui  aurait  dû  la  mettre  à  l’abri  de  tout  endettement  mais  la  gestion  administrative  et  économique  imprudente  et  orgueilleuse  de  ces  dernières  années  a  engendré  un  endettement  relativement  important.

Au  temps  de  l’ancienne  municipalité,  (Jacques Peyrat),   l’endettement,  (montant de la dette et de ses intérêts, rapporté par habitant),  s’élevait  à  moins  de  1000 €./an;  en  mars  2014,  il  dépassait  les  1300 €./an,  soit  30 %  d'augmentation  en  six  ans.
Il  faut  savoir  que  la  dette  de  Nice  s’élève  à  près  de  500  millions  d’euros,  soit  plus  des  2/3  de  son  budget  et  doit  rembourser  environ  50  millions  d’euros  par  an.
Cette  dette  est  trois  fois  plus  élevé  que  la  moyenne  nationale;  en  conséquence,  le  rapport  d’endettement,  lui,  est  deux  fois  plus  élevé,  1320 €.  contre  600 €.  au  plan  national.
(une certaine démagogie politique note que l’endettement pourrait s’élever à 1500 €./an, voire plus de 2000 €./an, mais la  méthode de calcul n’est pas la même et seuls les chiffres du Ministère de l‘Economie et des Finances sont retenus).

Il  est  évident  qu’avec  une  gestion  plus  responsable,  la  ville  de  Nice  pourrait  s’en  sortir  mais  c’est  sans  compter  avec  la  politique  dépensière  de  la  municipalité  qui  a  été  réélue  en  mars  2014  et,  comme  le  Président  de  la  République,  le  Maire  agit  en  augmentant  les  impôts  directs  et  indirects,  satisfaisant  ainsi  son  égo :  «Il  est  facile  de  se  faire  plaisir  en  dépensant  l’argent  des  autres.»

Nice  ne  peut  plus  absorber  ces  dépenses  somptuaires,  dénoncées  dans  le  chapitre  des  grands  travaux,  qui  se  cumulent  avec  le  poids  financier  très  important  de  sa  gestion  administrative.

Et  pourtant  d’autres  travaux  de  grande  envergure  sont  en  cours  tel  le  percement  du  tunnel  du  tram  n° 2,  (qui coûtera très cher, voir rubrique "les grands travaux").  

Quoi  qu’il  en  soit,  il  convient  de  se  montrer  très  prudent  dans  le  proche  avenir  sur  les  importantes  dépenses  engageant  la  ville  de  Nice  car,  financièrement,  l’aggravation  de  cet  endettement  pourrait  la  placer  dans  une  situation  délicate  pouvant  provoquer  une  mise  sous  tutelle.

Ce  serait  alors  une  catastrophe  pour  les  habitants :  taxation  d’office  pour  un  montant  très  élevé  dans  le  but  de  rembourser  la  dette  dans  le  délai  qui  serait  prescrit  et  fin  d’une  gestion  autonome  pour  de  nombreuses  années.

OH   LU   NISSART   QUE   FES ?

---oOo---

*LA   CRIMINALITE   A   NICE*

La  ville  et  toute  la  Côte  d’Azur  sont  particulièrement  touchées  par  ce  problème.

Tout  ce  qui  a  été  dit  à  ce  sujet  dans  le  programme  national  peut  aisément  être  transposé  au  plan  niçois  avec,  même  si  ce  n’est  pas  très  apparent,  une  aggravation  assez  marquée.

Nice  est  en  effet  la  troisième  ville  la  plus  criminogène  de  France  après  Marseille  et  Paris;  son  taux  de  criminalité  s’élève  à  114,05 % ,  (114  faits  sanctionnés  pour  1000  habitants,  (Marseille,  114,43  et  Paris,  114,07).
Depuis  2013,  les  vols  avec  violences  sont  en  augmentation  de  13 %,  notamment  les  agressions  contre  les  personnes  âgées  et  les  femmes.
Toutes  les  autres  infractions  connaissent,  toutes  proportions  gardées,  une  progression  similaire :  crimes  et  autres  délits  en  augmentation  de  3 à 7 %.
Il  convient  de  noter,  qu’à  quelques  exceptions  près,  les  petites  villes  et  villages  du  département  souffrent  moins  de  cette  criminalité ... pour  l'instant !
Mais  cette  relative  exception  est  à  considérer prudemment  car  tous  les  faits  répréhensibles,  s'ils  sont  recensés,  ne  sont  pas  effectivement  transmis  avec  toute  la  régularité  recommandée.  

Cependant,  à  Nice,  des  quartiers  entiers  sont,  plus  ou  moins,  laissés  aux  mains  des  dealers  et  autres  trafiquants :  l’Ariane,  Saint Roch,  Bon Voyage,  Pasteur,  et,  à  l’ouest  de  la  ville,  Saint Augustin  et  les  Moulins.
Ces  quartiers  sont  occupés  par  une  très  importante  population  immigrée  qui  entend  établir  sa  propre  loi  aux  dépens  des  lois  de  la  République.

La  municipalité  actuelle  ferme  les  yeux  pour  conserver  une  certaine  paix  sociale  mais  les  Niçois  subissent  continuellement  des  provocations  et  insultes  de  la  part  de  ces  étrangers,  principalement  originaires  du  Maghreb  et  qui,  pour  la  plupart  d’entre  eux,  n’ont  rien  à  faire  sur  le  territoire  français  car   beaucoup  d'entre  eux  sont  en  situation  illégale. 

Et  bien  que  tous  les  discours  officiels  le  démentent,  la  présence  de  trop  nombreux  immigrés  est  à  mettre  en  exergue;  Nice  recense  plus  de  23 %  d’immigrés  dans  sa  population,  sans  compter  les  illégaux,  alors  que  la  moyenne  nationale  se  situe  entre  12  et  17 %  environ  selon  les  paramètres  de  calcul.
La  population  carcérale  française  recense  plus  de  87 %  d’individus  d’origine  étrangère  dont  plus  de  80 %  sont  issus  du  Maghreb,  d’Afrique  et  du  Moyen  et  Proche Orient.  (statistiques  de  l’administration  pénitentiaire).

A  raison  de  l’entrée  en  France  tous  les  ans  de  300 000  nouveaux  immigrés,  (et bientôt le double en raison de l'invasion des Syriens, ou supposés tels),  la  situation  risque  de  devenir  très  vite  explosive  si  aucune  mesure  sérieuse  de  limitation  n’est  mise  en  application  immédiatement;  ce  qui  ne  semble  pas  être  prévu  pourtant.

Tout  cela  est  bien  connu;  cependant  rien  n’est  fait  pour  pallier  cette criminalité  et  cette  invasion  d’immigrés,  laquelle  est  encensée  par  des  médias  et  des  associations  gauchistes  de  complaisance,  plus  ou  moins  financées  par  les  passeurs  et  ceux  qui  ont  intérêt  à  la  destruction  de  la  civilisation  française.

Il  est  certain  que  les  caméras  de  surveillance  à  Nice   jouent  leur  rôle  mais  le  vrai  problème  émane  de  la  Justice  qui  est  beaucoup  trop  laxiste  en  ce  domaine  et  se  désintéresse  de  la  situation.

Comme  au  plan  national,  les  magistrats,  à  Nice,  soucieux  de  leur  position  confortable  personnelle  et  dans  la  Société,  ne  semblent  pas  prendre  en  considération  les  doléances  de  la  population  et  font  fi  du  sort  des  victimes  en  favorisant  outrageusement  les  truands  de  tous  acabits.
Des  «jeunes»,  coupables  de  délits  pourtant  graves,  reçoivent...  des  admonestations  verbales...

L’autre  volet,  qui  intéresse  beaucoup  moins  l’homme  de  la  rue,  est  la  criminalité  en  col  blanc  qui  renaît  et  semble  s’intensifier.

Elle  semble  être  l’apanage  d'un  nouveau  milieu  immigré  qui  a  supplanté  le  milieu  traditionnel  niçois  qui  menait  une  existence  discrète.
Ce  nouveau  milieu,  brutal,  agressif,  voire  meurtrier,  est  beaucoup  plus  actif  et  beaucoup  plus  dangereux.

Sans  remonter  aux  temps  préhistoriques,  à  la  Libération,  la  guerre  des  casinos  notamment  avait  retenu  l’attention  des  Niçois  pendant  de  nombreuses  années.

Ce  fut  d’abord  la  disparition  des  machines  à  sous  dans  certains  établissements,  halls  d’hôtels,  bars,  et  autres;  au  Nouveau  Casino,  rue  Gustave  Deloye,  (aujourd’hui  rue  Sacha  Guitry);  la  police  des  jeux  de  l’époque  était  sur  tous  les  fronts  entre  gérants  d’établissements  et  truands.
Puis  il  y  eut  le  Casino  municipal  de  Nice,  officiellement  pas  assez  rentable  par  rapport  à  Monaco,  mais  aussi  victime  de  la  répression  administrative  et  policière  à   la  suite  de  plusieurs  incidents  publics  et  notamment  le  suicide  d’un  joueur  dans  une  salle  annexe.
Ensuite,  ce  fut  l’affaire  Frattoni  et  le  casino  Ruhl  et  le  meurtre,  toujours  pas  vraiment  élucidé,  d’Agnès  Le  Roux,  (Palais  de  la  Méditerranée).

Il  peut  être  aisément  remarqué  que  les  «gros  sous»  ne  s’arrêtent  pas  aux  jeux  et  les  affaires  de  corruption,  trafic  d’influence,  de  pots  de  vin  et  autres,  concernant  les  travaux  publics  ont  tenu  leur...  part  de  marché  et  les  grandes  entreprises  niçoises,  (Spada  et  Nicoletti  entre  autre),  ont  été  particulièrement  mises  sur  la  sellette.

Mais  depuis  1988  environ  et  les  dernières  années  de  la  mandature  de  Jacques Médecin,  (qui, par ailleurs, a laissé un  relatif  bon souvenir chez les anciens Niçois),  puis  Honoré Bailet,  Jean-Paul Barety,  (tous deux impliqués dans certaines compromissions),  Jacques Peyrat,  (assez apprécié pourtant),  et  surtout  bien  évidemment  Christian Estrosi,  de  très   nombreuses  autres  affaires  louches  ont  été  révélées.

Corruption,  trafics  d’influences,  prises  illégales  d’intérêts,  conflits  d’attribution  de  marchés,  etc...  ont  fait  la  une  de  la  presse  locale  et  nationale  et  ont  entrainé  certaines  décisions  de  justice.
Mais  cette  criminalité  en  col  blanc  n’a  que  peu  d’influence  sur  le  quotidien  des  Niçois,  si  ce  n’est  que  par  l’augmentation  des  impôts  locaux  qui  s’est  énormément  aggravée  ces  dernières  années.

OH    LU    NISSART    QUE    FES ?

---oOo---

* NICE   VA   PLEURER *

Le  V.R.A.I.  est  déçu,  très  déçu,  par  le  fait  que  45 %  des  contribuables  niçois  n’aient  pas  compris  que  la  mégalomanie  financière  du  Maire  amenait  la  ville  à  la  catastrophe  économique.

Ce  n’est  pas  faute  d’avoir  averti …

L’expression  d’un  mécontentement  très  prononcé  des  électeurs  au  sujet  de  la  gestion  en  général  et  des  impôts  en  particulier  était  flagrant;  pourtant  45 %  d’entre  eux  ont  persisté  dans  leur  attitude  négative  par  manque  de  courage  principalement,  se  contentant,  ou  plutôt,  acceptant  de  subir  la  situation  actuelle  qui  ne  peut  que  s’aggraver.

Le  Général  De Gaulle,  en  son  temps,  avait  qualifié  les  Français  de  veaux;  les  résultats  de  l’élection  municipale  de  2014  à  Nice  le  confirme.

Comment  se  fait-il  que  tant  de  gens  rouspéteurs  et  mécontents  manquent  à  ce  point  de  personnalité,  de  volonté,  de  confiance  en  eux-mêmes  pour  laisser  une  équipe  politique  dépenser  sans  compter  l’argent  qu’elle  n’a  pas  et  les  mener  ainsi  à  la  faillite ?

Car  c’est  bien  de  cela  qu’il  s’agit !

Le  tracé  souterrain  du  tram  n°2,  par  son  coût  exorbitant, (environ un milliard d’euros), condamnera tous les Niçois à une augmentation insupportable des impôts  pour  éviter  la  mise  sous  tutelle  de  la  ville;  de nombreux Niçois ne pourront y faire face.
Ce  tracé  souterrain  du  tram  n°2  coûtera  pour  chaque  contribuable  niçois  plus  de  3000 €.

Aujourd’hui,  près  de  12 %  du  montant  des  impôts  locaux  servent  à  payer  les  dépenses  somptuaires  de  prestige  pour  la  seule  gloriole  du  Maire  en  place.

Le  V.R.A.I.  rappelle  que  Nice  est  l’une  des  villes  les  plus  endettées  de  France :  environ  1300 €.  par  habitant,  soit  plus  du  double  de  la  moyenne  nationale.

Il  est  vraiment  regrettable  que  près  d’un  électeur  sur  deux  n’ait  pas  pensé  à  cela  en  glissant  son  bulletin  dans  l’urne  lors  des  diverses  élections  qui  se  sont  déroulées  depuis  deux  ans. 

HO,   LU   NISSART   QUE   FES ?

---oOo---

  

*NICE   DEMAIN*

Il  est  toujours  très  difficile  de  faire  de  la  prospective,  surtout  dans  le  domaine  politique;  pourtant,  comme  partout  en  France,  le  futur  immédiat  arrive.

En  2014,  les  élections  municipales  se  sont  déroulées  avec  son  résultat  décevant  et  les  Européennes,  même  avec  ce  résultat  flatteur  pour  le  Front  national,  n'ont  pas  provoqué  les  réactions  de  bon  sens  que  beaucoup  de  nos  concitoyens  espéraient.

Sur  le  plan  local,  Christian  Estrosi  a  annoncé  qu'il  continuerait  envers  et  contre  tout  ses  folles  dépenses  sacrifiant l'intérêt  des  Niçois  à  sa  gloriole  personnelle.

Face  à  lui...,  personne...,  ou  presque…  avec  plus  de  50  sièges  au  Conseil  Municipal,  il  fait  pratiquement  ce  qu'il  veut;  le  Rassemblement  Bleu  Marine  peut  jouer  les  trouble-fêtes  mais   n’est  pas  en  position  de  force.

Mais  le  futur,  c’est  aussi   une  grande  partie  de  l’avenir  de  Nice   et  les  grands  travaux  d’urbanisme  se  dérouleront  selon  le  calendrier  prévu  et  les  Niçois  devront  continuer  à  mettre  la  main  au  porte-monnaie  pour  payer  certaines  de  ces  réalisations  prestigieuses  qui  nourriront  encore  davantage  la  gloriole  du  Maire  de  Nice.

Bien  évidemment,  le  Tram,  avec  la  lignes 2,  (malgré  l’opposition  des  Niçois  au  sujet  de  son  tracé  en  souterrain),  et  la  ligne 3,  le  quartier  d’affaires  de  l’Arénas  coûteront  encore  très  cher  aux  contribuables  niçois.

Enfin,  et  comme  au  plan  national,  l’avenir  de  Nice  devra  tenir  compte  de  tous  les  paramètres  permettant  une  éventuelle  reprise  économique;  laquelle  ne  pourra  vraiment  se  concrétiser  qu’avec  l’engagement  des  petits  commerçants,  artisans  et  petites  entreprises  dans  la  mesure  où  ces  professionnels  auront  pu  constater  le  premier  signe  positif  d’une  attention  réelle  à  leur  égard.

De  nombreux  petits  commerces,  souvent  alimentaires,  ont  fermé  ainsi  que  quelques  petits  artisans,  librairies,  coiffeurs,  voire  quelques  hôtels  touristiques  ou  autres,  telle  la  cité  marchande  Lépante  par  exemple.

La  redynamisation  de  certains  quartiers,  notamment  dans  le  centre-ville,  (entre Gambetta et Désambrois/Carabacel),  où  une  insécurité  latente  régne,  devrait  être  un  impératif  d’action  à  court  terme  pour  la   municipalité  mais  celle-ci  "laisse  courir".

La  municipalité  devrait  également  s’engager  sur  une  politique  de  sécurité  beaucoup  plus  efficace  en  hésitant  pas  à  mettre  en cause  les  magistrats  de  l’ordre  judiciaire  qui,  par  crainte  de  représailles  ou  de  manifestations,  se  montrent  trop  complaisants  à  l’égard  des  individus  coupables  de  délits  divers,  destructions,  agressions,  etc...

Les  Niçois  doivent  se  montrer  intransigeants  sur  la  qualité  de  leur  vie  dans  leur  ville  où,  à  nouveau,  si  ces  prescriptions  sont  réalisées,  il  fera  bon  vivre...

Les  résultats  des  élections  sénatoriales  ont  confirmé  la  déroute  de  la  Gauche;  pourtant,  à  Nice,  Monsieur  Daunis  a  sauvé  son  siège  et  Monsieur  Bettati  a  perdu  cette  élection  après  celle  des  Municipales.
A  Nice,  2015  n'annonçait  rien  de  bon;  les  résultats  des  élections  départementales  et  régionales  ont  encore  une  fois  déçu  beaucoup  de  Niçois. 

OH   LU   NISSART   QUE   FES ?

---oOo---